Syndrome du défilé thoraco-brachial

Le syndrome du défilé thoraco-brachial est peu connu du grand public. Pourtant, c’est une pathologie relativement courante, qui correspond généralement à une compression nerveuse dans la région du cou et de l’épaule. Grâce à un programme d’exercices adapté, ce syndrome se soigne très bien.

Syndrome du défilé thoraco-brachial : causes et traitement | Cabinet Jérôme Auger | Paris

Généralités

Le syndrome du défilé thoraco-brachial (DTB) est un terme générique, employé pour désigner toute compression nerveuse ou artérielle survenant dans le passage thoraco-brachial, c’est-à-dire la zone située entre la clavicule et la première côte.


Quelques chiffres et faits sur le syndrome du défilé thoraco-brachial

  • La fréquence du syndrome du DTB est estimée entre 0,3 et 0,7% de la population
  • Son diagnostic est difficile, et donne lieu à de fréquentes errances médicales
  • C’est une pathologie qui touche surtout des personnes jeunes (tranche d’âge 20-40 ans), et plus souvent des femmes que des hommes

Pourquoi ai-je un syndrome du défilé thoraco-brachial ?

Le syndrome du défilé thoraco-brachial apparaît généralement au croisement de plusieurs causes et facteurs favorisants. Les plus fréquents sont :

  • Une anomalie anatomique (osseuse ou musculo-ligamentaire) favorisant la compression des nerfs ou des vaisseaux 
  • Un défaut de posture : tête vers l’avant, épaules tombantes
  • Un traumatisme ou un faux mouvement
  • Une pression excessive sur les articulations, qui peut être causée par le surpoids, ou le port d’un sac à dos lourd
  • La grossesse, qui favorise le relâchement des articulations

Les sportifs, surtout ceux qui pratiquent des sports de lancer, le handball ou encore le tennis, sont aussi particulièrement exposés à cette pathologie.

Quels sont les symptômes du syndrome du défilé thoraco-brachial ?

Les symptômes peuvent varier en fonction du type de compression, et de sa localisation exacte.

En général, les personnes atteintes se plaignent d’une douleur et d’une faiblesse du membre supérieur. La douleur est majorée par certains mouvements sollicitant le bras, par exemple si vous levez le bras pour attraper un objet en hauteur.

En cas de compression nerveuse, ces symptômes s’accompagnent d’engourdissements et de fourmillements au niveau du bras et des doigts. En outre, la force de préhension de la main est altérée, ce qui peut vite devenir handicapant au quotidien.

Parmi les autres symptômes possibles, on peut citer :

  • La décoloration de la main, qui apparaît bleuâtre
  • Une froideur des mains, des doigts ou des bras
  • Un caillot sanguin dans le haut du corps
  • La diminution voire l’absence du pouls au niveau du poignet dans certaines positions
  • Une masse pulsatile au niveau de la clavicule

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

La rééducation, effectuée chez un kinésithérapeute, fait partie des traitements de première intention pour corriger le syndrome du DTB. 

Cette prise en charge commence par un bilan kinésithérapique, qui permet au professionnel de santé :

  • D’évaluer vos symptômes, en particulier la douleur
  • De comprendre les circonstances d’apparition du problème
  • D’identifier les causes et les facteurs de risque (changement d’activité, mauvaise posture…)
  • D’évaluer l’état de votre posture
  • De tester les mobilités articulaires et la force musculaire du membre supérieur

Ensuite, la rééducation proprement dite peut commencer, avec plusieurs objectifs :

  • Le relâchement des muscles de l’épaule et du cou
  • L’amélioration des amplitudes articulaires
  • La correction des troubles de la posture et des troubles dynamiques
  • Le renforcement musculaire de l’épaule et de la région cervico-dorsale

Pour y parvenir, le kinésithérapeute a recours à plusieurs techniques, en fonction des éléments recueillis lors du bilan :

  • Massages décontracturants de la zone douloureuse
  • Étirement des muscles contracturés
  • Tractions manuelles cervicales 
  • Mobilisations des articulations du membre supérieur 
  • Rééducation posturale
  • Travail de proprioception de l’épaule et du thorax

Ces éléments sont complétés par une éducation du patient, c’est-à-dire des conseils sur la bonne posture à adopter, les gestes compressifs à éviter, sans oublier des exercices à effectuer chez soi pour prolonger les bienfaits des séances.

Faites votre bilan diagnostic kiné aujourd’hui

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux du syndrome du défilé thoraco-brachial ?

La rééducation constitue l’essentiel du traitement. La suppression des gestes responsables des symptômes, et la correction de la posture, suffisent généralement à soulager le syndrome du DTB.

Pour diminuer la douleur en phase aiguë, votre médecin pourra vous prescrire des anti-inflammatoires ; les massages effectués par le kinésithérapeutes ont également un effet bénéfique.

Si les symptômes persistent malgré ce traitement de première intention, le traitement chirurgical est alors indiqué. L’opération réalisée consiste à libérer un espace entre la clavicule et le thorax, pour soulager les vaisseaux ou les nerfs comprimés. Les techniques employées peuvent varier en fonction de l’élément à libérer.

Diagnostic et examens complémentaires

L’examen physique, complété par un interrogatoire, constitue la base du diagnostic du syndrome du DTB. Il existe des manœuvres spécifiques, comme le test de Ross, pour identifier les vaisseaux ou les nerfs comprimés. 

L’interrogatoire permet quant à lui de connaître l’activité du patient, et donc d’identifier les gestes néfastes en cause (sport, activité professionnelle, changement d’activité…).

Enfin, le diagnostic clinique est confirmé par des examens complémentaires : les radiographies, l’écho-doppler et l’électromyogramme sont parmi les plus couramment pratiqués pour ce type de pathologie.

Laissez votre commentaire