Mal de dos, hernie discale et sciatique

Les maux de dos diffèrent en fonction de la zone du rachis touchée. Dans tous les cas, après élimination d’une étiologie sévère et urgente, l’activité physique régulière et adaptée reste la règle d’or pour préserver sa mobilité et éviter le passage vers la chronicité.

Mal de dos, hernie discale et sciatique : traitements | Cabinet Jérôme Auger | Paris

Généralités

Le mal de dos est un problème de santé publique qui touche toutes les tranches d’âge et peut devenir invalidant, en particulier s’il est chronique. En France, il est responsable d’environ 20 % des prescriptions d’arrêt de travail, ce qui représente chaque année plusieurs milliards d’années d’indemnités journalières. Qu’elles soit liées à une lombalgie, à une hernie discale ou à une sciatique, les douleur du dos doivent être soignées durablement et efficacement afin d’éviter les récidives. Pour de nombreux patients, la kinésithérapie constitue une excellente solution à la fois curative et préventive.


Comment distinguer un simple mal de dos d’une sciatique et d’une hernie discale ?

Le mal de dos : un symptôme très fréquent

L’expression « mal de dos » désigne toutes les douleurs de la zone dorsale, quelle que soit leur cause, leur fréquence et leur intensité. Il arrive qu’un mal de dos soit le symptôme d’une pathologie grave, comme l’ulcère gastrique. Néanmoins, le plus souvent, la douleur est simplement la conséquence d’une mauvaise posture, d’une faiblesse des muscles dorsaux, d’une trop grande sédentarité ou d’une affection bénigne (comme l’arthrose de la colonne vertébrale).

La sciatique : une douleur diffuse

Si la douleur ressentie s’étend au-delà du dos (par exemple dans les jambes), il peut s’agir d’une sciatique. La sciatique (ou « douleur sciatique ») est caractérisée par une atteinte du nerf sciatique et de ses racines, situées au niveau des vertèbres sacrées et lombaires. Dans 85 % des cas, la sciatique est causée par une hernie discale. Toutefois, d’autres phénomènes peuvent entraîner une sciatique, par exemple une arthrose, un tassement vertébral, une inflammation, une infection ou encore une grossesse accompagnée d’une importante prise de poids.

La hernie discale : une maladie spécifique

La hernie discale est un phénomène douloureux, durant lequel une portion d’un disque intervertébral se déplace, se rompt ou se fissure. Il arrive souvent que cette blessure entraîne une sciatique, mais ce n’est pas systématique. Les causes de la hernie discale sont nombreuses. Le plus souvent, elle survient suite à un traumatisme (au travail, durant une séance de sport ou durant un déménagement) ou à une perte musculaire (liée au vieillissement, à une perte de poids ou à une trop grande sédentarité).

Que faire en cas de mal de dos ?

Un diagnostic pluridisciplinaire

Le mal de dos disparaît souvent au bout de quelques jours en évitant le sport et le port de charges lourdes. Néanmoins, si les douleurs persistent au-delà de quelques jours, il peut être nécessaire de consulter un médecin généraliste. En fonction des symptômes présentés par le patient, le médecin peut prescrire des examens complémentaires (radiographies, IRM).

Un large éventail de solutions

Outre les antalgiques, les anti-inflammatoires non stéroïdiens ou les corticoïdes pour soulager le mal de dos, le médecin peut prescrire au patient une ceinture lombaire au patient afin de corriger sa posture, ainsi que des séances de kinésithérapie.

Quels sont les avantages de la kinésithérapie face au mal de dos, à une sciatique ou à une hernie discale ?

Un traitement en douceur

En fonction du type de douleurs au dos ressenties par le patient, le kinésithérapeute établit un programme personnalisé à base d’étirements doux, d’exercices de renforcement musculaire et de massages.

La prévention avant tout

Le kinésithérapeute s’intéresse aux relations entre la pathologie du patient et sa manière de vivre au quotidien. En fonction de sa profession, de son rythme et de ses habitudes, le praticien préconise des postures à adopter ainsi que des exercices visant à éviter la récidive du mal de dos.

Faites votre bilan diagnostic kiné aujourd’hui

Pour aller plus loin…

La kinésithérapie est-elle sans douleur ?

L’importance d’un traitement précoce

Pour le mal de dos comme pour la plupart des pathologies, plus le traitement est précoce, moins il est douloureux. Lorsque les douleurs au dos sont chroniques, il se peut que durant les premières séances, les gestes pratiqués par le kinésithérapeute soient légèrement douloureux.

Détendre les muscles pour apaiser la douleur

Certaines des manipulations effectuées par le kinésithérapeute ont pour objectif d’aider les muscles à de relâcher afin de soulager le mal de dos en profondeur. Aussi, au fil des séances, à mesure que les douleurs disparaissent, les muscles gagnent en souplesse et les effets du traitement deviennent plus manifestes.

L’activité physique aggrave-t-elle le mal de dos ?

Éviter l’immobilisation

En cas de puissant mal de dos, de hernie discale ou de sciatique, le repos est conseillé. Toutefois, face aux douleurs faibles à modérées, il est préférable de ne pas s’aliter plusieurs jours mais, au contraire, de rester actif. Pourquoi ? Parce que l’immobilisation du dos contribue directement à la perte de tonus musculaire et donc à l’aggravation des douleurs.

Faire les bons gestes

Pour apaiser un mal de dos chronique et détendre les muscles, la pratique d’une activité physique non traumatisante (comme la marche, le taï-chi ou la gym douce) est conseillée. Le médecin ou le kinésithérapeute peuvent également conseiller des disciplines sportives plus intenses (comme le dos crawlé, le roller ou le yoga) qui contribuent à renforcer la musculature du dos.

Laissez votre commentaire