Douleurs du bras, du coude et de l’avant-bras

Les douleurs du coude, du bras et de l’avant-bras ne doivent pas être négligées. Elles peuvent correspondre à une grande variété de pathologies, le plus souvent, il s’agit de tendinites ou de fractures.

Douleurs bras, coude et avant bras | découvrez les causes | Institut de kinésithérapie - Paris

Généralités

Très sollicités au quotidien, les bras, avant-bras et le coude sont exposés à toutes sortes de traumatismes. Le plus souvent, il s’agit de tendinites ou de fractures, qui peuvent survenir dans le cadre du sport, d’une profession qui sollicite beaucoup le bras ou l’avant-bras, ou d’accidents de la vie quotidienne. Ces blessures ne sont pas anodines ; pour en connaître l’origine, et bénéficier d’un traitement adapté, n’attendez pas avant de consulter votre médecin !


Les douleurs du coude, du bras et de l’avant-bras en quelques chiffres

  • Les douleurs du coude sont fréquentes ; elles représentent 22% des troubles musculo-squelettiques recensés en France
  • Le tennis et le golf sont les activités sportives les plus pourvoyeuses de douleurs au coude (épicondylites)
  • Les fractures de l’avant-bras peuvent concerner le radius, l’ulna, ou ces deux os en même temps
  • 25% des fractures de l’avant-bras sont des fractures du radius
  • Les fractures de l’humérus représentent 5% de l’ensemble de toutes les fractures

Pourquoi ai-je mal au coude, à l’avant-bras ou au bras ?

Les douleurs du coude, du bras et de l’avant-bras peuvent avoir différentes causes : globalement, on peut distinguer les douleurs d’apparition progressive, souvent liées à la répétition d’un même geste ; des douleurs d’apparition brutale, liées à un traumatisme clairement identifié par le patient (chute, coup…).

Si votre douleur se situe au niveau du coude, il s’agit probablement :

  • D’une fracture du coude, d’origine traumatique
  • D’une entorse du coude, une autre blessure d’origine traumatique, correspondant à une atteinte des ligaments de l’articulation
  • D’une luxation du coude, une blessure plus grave qui correspond à une entorse associée à un déboîtement osseux
  • D’une tendinite du coude ou épicondylite ; dans le langage courant, ces atteintes sont appelées “tennis elbow” (coude du tennisman) pour l’épicondylite latérale, ou “golf elbow” (coude du golfeur) pour l’épicondylite médiale

Quant aux douleurs du bras et de l’avant-bras, elles correspondent généralement à des fractures :

  • Fracture de l’humérus, l’os long qui constitue le squelette du bras
  • Fracture de l’avant-bras, appelée fracture en bois vers chez l’enfant
  • Fracture de Pouteau-Colles, une fracture de l’extrémité inférieure du radius, qui s’accompagne d’un déplacement de celui-ci vers l’arrière du poignet
  • Fracture de Goyrand-Smith, ou Pouteau-Colles inversée, qui se caractérise par un déplacement de l’extrémité inférieure du radius vers l’avant du poignet ; ce cas de figure est beaucoup plus rare
  • Fracture de Gérard Marchant, une autre fracture du radius qui s’accompagne d’une fracture de l’extrémité inférieure de l’ulna

Toutes ces lésions nécessitent un diagnostic précis, un traitement médical, orthopédique ou chirurgical, ainsi que des séances de rééducation.

Comment se déroule la rééducation après une blessure au coude, au bras ou à l’avant-bras ?

Après une fracture, le temps consacré à la rééducation est généralement long ; il faut compter environ 4 à 6 mois. L’objectif est de lutter contre l’enraidissement du coude et de l’avant-bras, tout en prenant soin d’éviter une rééducation trop intense, qui entraînerait son lot de complications douloureuses.

La rééducation est divisée en deux temps : phase consolidée, et phase non consolidée de la fracture. Les objectifs sont les suivants :

  • Réduction des symptômes (douleur, gonflement, hématome)
  • Récupération de la force et de l’endurance musculaires
  • Prévention de la raideur du coude et du poignet
  • Récupération de la mobilité du bras, de l’avant-bras et du coude
  • Réadaptation à l’effort

Le contenu exact des séances dépend de chaque patient, de ses objectifs et du rythme de sa progression ; les techniques suivantes sont employées :

  • Massages décontracturants et drainants pour soulager les symptômes (douleur et oedème)
  • Mobilisations du du poignet, de l’avant-bras, du coude et du bras
  • Techniques de gain d’amplitude
  • Exercices de renforcement musculaire
  • Travail fonctionnel

La reprise des activités, surtout sportives, se fait très progressivement, sous surveillance étroite du kinésithérapeute.

En cas de tendinite du coude, le programme de rééducation est différent ; les techniques pratiquées en séance permettent à la fois de diminuer la douleur, et de corriger les mouvements en cause. L’objectif est de reprendre le sport et toutes les activités dans des conditions optimales pour éviter les récidives. Les étirements, qui permettent de rompre avec le geste répétitif, et la correction du geste technique, sont au cœur de la prise en charge. Les ondes de choc sont une technique efficace, souvent employée pour traiter les lésions tendineuses.

Faites votre bilan diagnostic kiné aujourd’hui

Pour aller plus loin…

Traitements médicaux et chirurgicaux d’une douleur du coude, du bras et de l’avant-bras

Le traitement dépend de la cause de vos douleurs, et de la gravité de la lésion, évaluées lors du diagnostic.

Si votre médecin vous a diagnostiqué une tendinite, le traitement chirurgical est rare ; il est réservé aux formes très persistantes de la pathologie, après échec du traitement médical et de la kinésithérapie. La physiothérapie et la prise d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires sont généralement suffisantes pour réduire la douleur.

En cas de fracture, plusieurs options thérapeutiques sont possibles :

  • Un traitement orthopédique, généralement réservé aux enfants et aux cas de fractures simples non déplacées : ce traitement consiste à porter une attelle, ou un plâtre pour réduire et consolider le trait de fracture
  • Un traitement chirurgical, qui consiste à réaliser une ostéosynthèse grâce à des plaques vissées, un enclouage ou un fixateur externe

Dans tous les cas, ces mesures s’accompagnent d’une rééducation plus ou moins longue.

Diagnostic et examens complémentaires

Le diagnostic commence par un examen clinique, qui permet de constater les principaux symptômes. En cas d’épicondylite, la douleur est provoquée par la palpation du coude, et les mouvements de flexion, extension et rotation du poignet de l’avant-bras.

Les patients souffrant d’une fracture se présentent généralement avec l’attitude des traumatisés du membre supérieur ; la zone lésée apparaît déformée, et la mobilité du bras ou de l’avant-bras est très réduite.

Des examens complémentaires (radiographies et scanner) sont nécessaires pour confirmer le diagnostic, et observer précisément le type de fractures et leur localisation. Les caractéristiques de la fracture (simple, complexe, fragmentée, comminutive) sont déterminantes pour le choix du traitement.

Laissez votre commentaire