Les exercices de coordination en kinésithérapie, quel intérêt ?

Les capacités de coordination sont essentielles dans la vie quotidienne et pour des tâches plus techniques. Tout comme pour les troubles de l’équilibre, la rééducation permet de venir en aide aux patients dont la coordination est altérée.

Exercices de coordination : actes et déroulement | Kiné du sport | Jérôme Auger | Paris

Généralités

Que ce soit pendant les cours de sport à l’école ou à l’occasion d’une activité sportive de loisir en club, vous avez certainement effectué des exercices de coordination. Ces derniers sont également très intéressants à mettre en œuvre dans le cadre d’une rééducation.

Nous vous proposons de découvrir :

La définition d’un exercice de coordination.

  • Pourquoi les kinésithérapeutes peuvent être amenés à proposer à leurs patients de tels exercices.
  • Quels sont les intérêts des exercices de coordination.
  • Comment se déroule une séance incluant des exercices de coordination.
  • Quels résultats peuvent être obtenus.

Quelle définition pour un exercice coordination ?

L’objectif des exercices de coordination est de favoriser le développement des capacités d’apprentissage rapide de nouveaux mouvements. Le patient doit ainsi apprendre à reproduire rapidement et sans réfléchir le mouvement voulu.

La difficulté de l’exercice de coordination dépend du nombre de parties différentes du corps mobilisées pour faire des gestes désolidarisés.

La coordination est la base de la plupart de nos activités, que ce soit dans le domaine sportif ou encore dans la vie quotidienne comme professionnelle. Or, cette coordination n’est pas innée. Elle nécessite un apprentissage et peut être améliorée en continue. C’est à ce titre que les exercices de coordination sont utiles. Ils permettent de retrouver et d’améliorer des compétences parfois oubliées ou perdues.

Un exercice de coordination fait appel à plusieurs capacités à utiliser en simultanée :

  • l’orientation.
  • le sens du rythme.
  • l’équilibre.
  • la réaction.
  • la différenciation.
  • et enfin, l’aptitude à transformer le mouvement.

Dans quels cas utiliser des exercices de coordinations ?

La détérioration des capacités de coordination peut avoir différentes origines.

Les pathologies et blessures qui en sont le plus fréquemment la cause sont :

  • Les problèmes neurologiques : hémiplégie ou hémiparésie suite à un AVC, paralysie ou tumeurs cérébrales, maladie de Parkinson, syndrome cérébelleux, sclérose en plaque ou latérale amyotrophique.
  • les blessures ayant nécessité un repos de l’ensemble ou d’une partie du corps sur une longue durée : fractures du fémur, de la malléole ou encore de l’humérus, etc ;
  • les démences comme celle rencontrée dans la maladie d’Alzheimer.

Proposer des exercices de coordination à un sportif peut aussi être particulièrement pertinent. Ils visent alors l’amélioration de sa gestuelle. Ils peuvent aussi faire partie de la rééducation nécessaire suite à une blessure sans gravité comme une tendinopathie ou une entorse de cheville.

Quels sont les avantages des exercices de coordination ?

Un programme de rééducation comprenant des exercices de coordinations poursuit des objectifs et revêt des avantages différents en fonction de la personne à qui il est destiné.

Pour un sportif

Les exercices de coordination permettent à un sportif d’apprendre plus rapidement la gestuelle spécifique à son sport.

Un sportif peut en particulier perdre de sa technicité suite à une blessure.

Une rééducation centrée sur la coordination lui permet alors de retrouver plus rapidement des gestes efficaces.

Pour les pathologies neuromusculaires

Des problèmes cérébraux peuvent impacter négativement les capacités de coordination d’une personne.

Au quotidien, une personne peut par exemple avoir du mal à s’alimenter si elle n’arrive pas à porter à sa bouche une cuillère.

Les membres inférieurs peuvent aussi être touchés par des troubles de la coordination qui rendent la marche difficile par exemple.

Effectuer des exercices de coordination revêt dans ce cas deux types d’avantages :

  • Réapprendre à faire correctement les gestes dont on a besoin au quotidien.
  • Travailler la force musculaire des patients, qui est souvent faible lorsqu’il y a pathologie neurologique.

Pour traiter les traumatismes

Il peut être difficile de mettre en mouvement un membre ou une partie du corps lésé suite à un traumatisme alors que le reste de l’organisme reste mobile. Les exercices de coordination permettent alors un rééquilibrage de l’ensemble du corps.

Comment se déroule une séance avec des exercices de coordination ?

L’état du patient influence considérablement le déroulement d’une séance contenant des exercices de coordination. Un bilan individualisé doit donc être effectué préalablement à toute prise en charge.

Les séances comprennent 3 phases principales :

  • exercices cardio-vasculaires en guise d’échauffement.
  • les exercices de coordination, avec si besoin du matériel.
  • une étape de retour au calme.

Les exercices sont dictés ou montrés par le kinésithérapeute. Il en détermine également la fréquence. Enfin, il corrige les gestes et postures du patient en effectuant un feedback.

Commencez votre traitement aujourd’hui

Pour aller plus loin : questions diverses

Faire des exercices de coordination, est-ce douloureux ?

Les exercices de coordination n’entraînent aucune douleur. Ils ne sont pas plus difficiles que des exercices de renforcement musculaire ou de stretching.

Ils peuvent juste occasionner une légère fatigue.

Des exercices de coordination pour quels résultats ?

Il faut répéter les exercices de coordination pendant quelques semaines avant d’en voir les résultats. C’est à ce moment-là que les objectifs fixés avec le kinésithérapeute lors de la première séance (par exemple, un geste sportif, du quotidien ou nécessaire à un travail plus efficace) deviendront visibles.

Laissez votre commentaire