Les maladies en rhumatologie

Les pathologies d’origine rhumatologique peuvent concerner les os, les articulations et les muscles. C’est pour dire l’importance de la prise en charge rééducationnelle dans leur traitement.

Maladies en rhumatologie : traitements | Kinésithérapie ostéopathie | Jérôme Auger | Paris

Qu’est-ce que la rhumatologie ?

Le terme de rhumatologie désigne une spécialité médicale dédiée au diagnostic et au traitement des troubles de l’appareil locomoteur : c’est-à-dire les pathologies des os, des muscles et des articulations. Les pathologies les plus fréquemment traitées en rhumatologie sont les rhumatismes inflammatoires, l’arthrose ou encore l’ostéoporose. Les maux de dos chroniques (lombalgies) et autres affections de la colonne vertébrale, relèvent aussi des compétences de votre rhumatologue. Généralement, les personnes atteintes d’une ou plusieurs de ces pathologies se voient prescrire des séances de kinésithérapie.


La rhumatologie en quelques chiffres

  • En France, 20 millions de personne sont concernés ou ont été concernés par des rhumatismes aigus ou chroniques au cours de leur vie
  • L’arthrose de la colonne vertébrale concerne presque un quart de la population adulte
  • 3 millions de femmes sont atteintes d’ostéoporose en France
  • La maladie articulaire inflammatoire la plus courante est la polyarthrite rhumatoïde, qui touche environ 300 000 personnes

Quelles sont les causes de mes rhumatismes ?

Le terme “rhumatisme” est générique ; il s’emploie souvent de manière assez vague pour désigner une douleur ou une pathologie des articulations. En réalité, un rhumatisme peut correspondre à des pathologies bien différentes, comme l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, ou encore le syndrome douloureux régional complexe.

Ces pathologies peuvent être regroupées en deux grandes catégories :

  • Les maladies d’origine inflammatoire, souvent appelées arthrites
  • Les problèmes d’origine mécanique, c’est-à-dire liés à des mouvements répétitifs ou à des frottements qui usent les articulations. L’arthrose est souvent liée à ce type de contraintes, ce qui explique qu’en dehors du vieillissement, certains sports et métiers sont d’importants facteurs de risque.

Les causes profondes de la polyarthrite rhumatoïde et des autres pathologies inflammatoires sont mal connues. L’hérédité pourrait jouer un rôle, de même que certains facteurs toxiques comme le tabagisme. Récemment, des études ont montré un lien entre des déséquilibres de la flore intestinale et l’apparition des rhumatismes inflammatoires.

Maladies en rhumatologie : quels sont les symptômes ?

Bien sûr, d’une pathologie à l’autre, les symptômes peuvent varier. Cependant, le point commun entre les différentes affections listées plus haut est la douleur. Celle-ci se retrouve aussi bien dans les maladies de la colonne vertébrale, l’algoneurodystrophie, la polyarthrite rhumatoïde ou encore l’arthrose.

Les douleurs se situent au niveau des articulations, entraînant une gêne souvent importante. Elles s’accompagnent parfois d’autres symptômes, comme le gonflement, la raideur articulaire ou encore la chaleur.

Certaines maladies rhumatologiques évoluent par poussées ou crises douloureuses, qui pèsent sur la qualité de vie des patients. D’autres sont reconnaissables à des déformations des articulations : l’arthrose des doigts par exemple, entraîne des déformations souvent mal vécues par les patientes, en raison de leur aspect inesthétique. La maladie de Dupuytren est quant à elle marquée par une rétraction et une flexion des doigts.

En quoi consistent les séances de rééducation ?

La kinésithérapie est très souvent indiquée dans la prise en charge de l’arthrose, l’arthrite et les autres maladies traitées en rhumatologie. Les séances ne permettent pas de traiter la pathologie à proprement parler, mais elles contribuent à une diminution des symptômes, et à l’amélioration de la qualité de vie des patients.

Le programme de soins exact dépend de chaque patient et de sa problématique ; il est établi par le kinésithérapeute à l’issue du bilan initial, lors de la première consultation.

Les bénéfices de la kinésithérapie pour les patients en rhumatologie sont nombreux :

  • Soulagement des douleurs et des autres symptômes
  • Amélioration des amplitudes articulaires
  • Apprentissage ds gestes permettant de limiter la douleur et de mieux vivre au quotidien
  • Prévention des déformations

Plusieurs méthodes peuvent être employées :

  • Physiothérapie et massages pour diminuer les douleurs
  • Mobilisations articulaires, étirements et exercices variés pour améliorer la souplesse, la force musculaire et la mobilité

Les exercices sont toujours pratiqués en dehors des crises douloureuses, en fonction des capacités de chaque patient.

L’éducation thérapeutique est un aspect important de la prise en charge en kinésithérapie : le thérapeute vous donne les moyens nécessaires, sous forme de conseils et d’exercices, pour mieux gérer votre pathologie au quotidien.

Commencez votre rééducation aujourd’hui

Pour aller plus loin…

Comment sont traitées les maladies en rhumatologie ?

Le traitement médical d’une maladie rhumatologique peut se faire selon deux axes :

  • Un traitement symptomatique, visant surtout la réduction des douleurs. Pour ce faire, les médecins prescrivent des antalgiques, des anti-inflammatoires non stéroïdiens, voire des myorelaxants.
  • Un traitement de fond, visant à ralentir l’évolution de la maladie. Plusieurs options sont possibles, parmi lesquelles la biothérapie, ou les traitements par voie orale (léflunomide, méthotrexate)

La prise en charge d’une maladie rhumatologique est souvent pluridisciplinaire ; l’équipe médicale explore toutes les options possibles avant d’envisager la chirurgie. Celle-ci est réservée à des cas bien particuliers, lorsque la pathologie est très invalidante et résiste aux traitements habituels. Plusieurs interventions peuvent être pratiquées :

  • Suppression des tissus lésés
  • Réparation des tendons
  • Arthrodèse
  • Pose d’une prothèse pour remplacer l’articulation atteinte

Diagnostic et examens complémentaires

L’examen clinique, réalisé par votre médecin, est la première étape du diagnostic de vos douleurs articulaires. Il permet d’évaluer l’état des articulations et l’amplitude du mouvement. Un interrogatoire permet au professionnel de santé de connaître l’historique de vos douleurs, leur intensité, les gestes qui la déclenchent, et tout autre élément jugé utile.

En complément, des radiographies sont souvent effectuées, voire d’autres examens d’imagerie (scanner ou IRM). Ces examens permettent de préciser et confirmer le diagnostic. Parfois, une ponction articulaire peut être demandée ; l’analyse des liquides contenus dans l’articulation permet notamment de détecter la présence de cristaux ou de bactéries.

Laissez votre commentaire