Arthrose

Maladie chronique extrêmement fréquente, l’arthrose signe l’atteinte du cartilage qui tapisse les extrémités des articulations. La gonarthrose ( arthrose du genou) et la coxarthrose ( arthrose de la hanche) sont des motifs de consultations fréquents. La rééducation joue un rôle essentiel dans la prise en charge de l’arthrose.

Arthrose : causes et traitements | Kinésithérapie | Cabinet Jérôme Auger | Paris

L’arthrose, un motif courant de consultation

Dans les pays industrialisés, l’arthrose est la maladie des articulations la plus répandue. Cette destruction du cartilage des articulations, qui peut se produire à de nombreux endroits du corps, entraîne des douleurs plus ou moins fortes et handicapantes. La plupart des gens pensent que l’arthrose concerne les personnes âgées uniquement ; certes, le vieillissement fait partie des facteurs de risque, mais il n’est pas rare que des personnes jeunes ou d’âge moyen développent une arthrose pour d’autres raisons. Les troubles métaboliques, la pratique d’un sport, des antécédents de blessure, font partie des facteurs de risque possibles. Heureusement, l’arthrose n’est pas une fatalité ! Grâce à un traitement médical et kinésithérapique bien mené, une amélioration durable des symptômes est possible.


L’arthrose en France en quelques chiffres

  • 17% de la population française serait concernée par l’arthrose, ce qui représente environ 10 millions de la personnes ; ce chiffre est en constante augmentation
  • La prévalence de l’arthrose est de 65% chez les personnes de plus de 65 ans (contre 3% chez les plus de 45 ans)
  • 75% des 65-75 ans sont concernés par l’arthrose de la colonne vertébrale
  • Toujours dans cette tranche d’âge, 60% des personnes souffrent d’arthrose des doigts

Quelles sont les causes de mon arthrose ?

Plusieurs causes et facteurs favorisants peuvent expliquer l’arthrose. En fonction de l’âge, du type d’activité physique et professionnelle, et des antécédents médicaux, ces facteurs peuvent être très différents, et parfois multiples. En général, on retrouve :

  • Des microtraumatismes répétés au niveau des articulations, souvent causés par un sport ou un métier. Par exemple, les personnes travaillant à genoux sont particulièrement exposées à la gonarthrose.
  • Une maladie métabolique, en particulier les maladies microcristallines, qui sont associées à un dépôt anormal de cristaux au niveau des articulations
  • L’âge
  • La ménopause, en raison des bouleversements hormonaux
  • Le surpoids, connu pour favoriser l’arthrose du genou et des doigts
  • L’hérédité
  • Des malformations diverses : scoliose, genoux en X…

Quels sont les principaux symptômes de l’arthrose ?

Toutes les articulations peuvent potentiellement être concernées par l’arthrose. Cependant, les articulations les plus sollicitées au quotidien, et les plus exposées aux traumatismes, sont particulièrement à risque. C’est pourquoi l’arthrose du genou, l’arthrose cervicale, mais aussi celle de la hanche, des doigts et de la main, sont les plus communes.

Le principal symptôme de cette pathologie est la douleur, localisée au niveau de l’articulation concernée. Il s’agit d’une douleur bien particulière :

  • Déclenchée ou accentuée lors de la sollicitation de l’articulation
  • Soulagée au repos
  • Modérée le matin, maximale le soir
  • Pouvant gêner l’endormissement, ou interrompre le sommeil des patients
  • Déclenchée par certains mouvements spécifiques : marche, montées d’escaliers…
  • Parfois accentuée par les changements de climat/température

D’autres symptômes peuvent accompagner la douleur, les plus fréquents étant :

  • La raideur articulaire
  • Le gonflement
  • Des déformations visibles de l’articulation

En quoi consistent les séances de kinésithérapie contre l’arthrose ?

En cas d’arthrose, les médecins généralistes ou rhumatologues prescrivent généralement des séances de kinésithérapie. La rééducation permet une amélioration notable des symptômes, et maintient les patients en mouvement. Les bénéfices de l’activité physique contre l’arthrose sont nombreux !

La réduction des douleurs est le premier bienfait, et le plus attendu, des séances de kiné. Les exercices pratiqués permettent aussi d’améliorer les amplitudes articulaires, et de renforcer la musculature. Ce dernier point est important pour la stabilité et la santé des articulations. Un autre avantage notable de la kinésithérapie est qu’elle permet de prévenir et lutter contre les déformations.

Pour soulager les symptômes de l’arthrose et retarder l’évolution de la maladie, plusieurs méthodes peuvent être employées :

  • Les massages, toujours efficaces pour diminuer les douleurs
  • La physiothérapie, notamment les ultrasons, pour leur effet antalgique
  • Les exercices de renforcement musculaire ; pour chaque articulation atteinte, l’idée est de travailler les muscles qui l’entourent
  • Les mobilisations de l’articulation concernée, avec pour objectif le maintien et l’amélioration des amplitudes

Pour prolonger les bienfaits des séances, votre kiné vous montrera des exercices que vous pourrez reproduire chez vous. Il vous conseillera également sur les postures à privilégier, et celles à éviter, pour limiter les douleurs.

Diminuez vos douleurs

Pour aller plus loin…

Quel traitement contre l’arthrose ?

Il n’existe pas de traitement permettant d’inverser la dégénérescence du cartilage ; en revanche, plusieurs options sont possibles pour soulager les symptômes. Le traitement de fond de l’arthrose repose sur l’exercice physique et la kinésithérapie, éventuellement complétés par des antalgiques pour le soulagement de la douleur. Comme l’arthrose se manifeste souvent par poussées douloureuses, des anti-inflammatoires peuvent aussi être utiles. Dans certains cas, les médecins peuvent recourir aux injections locales de corticoïdes ou d’acide hyaluronique.

La prévention est un aspect important de la gestion de l’arthrose, qui permet de minimiser les symptômes en agissant sur les facteurs de risque. La perte de poids, et le port de semelles orthopédiques pour les personnes atteintes de malformations, peuvent être utiles.

La chirurgie n’est envisagée qu’en dernier recours, ou pour les cas d’arthrose les plus sévères. En général, l’opération consiste à remplacer l’articulation lésée par une prothèse partielle ou totale. Cette opération est courante, et donne de bons résultats lorsque les traitements de première intention échouent.

Examens et diagnostic

L’examen clinique de la zone douloureuse est la première étape du diagnostic d’arthrose. Pendant la consultation, le médecin interroge également le patient à propos de ses symptômes ; il cherche notamment à évaluer l’intensité de la douleur, ses caractéristiques, et l’importance de la gêne fonctionnelle. L’examen de l’articulation permet aussi d’identifier les mouvements responsables de la douleur.

Les radiographies sont nécessaires pour confirmer le diagnostic, par l’observation des signes caractéristiques de l’arthrose : excroissances osseuses, condensation de l’os…Le scanner et l’IRM sont rarement demandés si aucune autre pathologie n’est suspectée.

Les questions que vous vous posez

Avatar de  Sanchez turon

Sanchez turon

Publié le 18/04/22

Très bonne analyse

Laissez votre commentaire