Conflit sous-acromial

Le conflit sous-acromial est une cause fréquente de douleur de l’épaule, qui doit être prise en charge par un traitement médical adapté, complété par des séances de kinésithérapie. Dans certains cas, une chirurgie est nécessaire.

Conflit sous-acromial (épaule) | Cabinet Jérôme Auger | Paris

Généralités

On parle de conflit sous-acromial pour désigner un frottement anormal entre l’acromion (excroissance osseuse située en haut de l’omoplate) et le bord supérieur de l’humérus. Comme les tendons de la coiffe des rotateurs sont articulés dans cette zone, le conflit sous-acromial entraîne une usure progressive de ces tendons, pouvant aller jusqu’à la rupture.


Quelques chiffres et faits sur le conflit sous-acromial

  • En France, 15% des hommes et 25% des femmes souffrent d’épaule douloureuse
  • Le conflit sous-acromial fait partie des causes les plus fréquentes de ces douleurs souvent invalidantes
  • Les patients de plus de 40 ans sont les plus touchés

Pourquoi ai-je un conflit sous-acromial ?

Le conflit sous-acromial est généralement provoqué par :

  • Des gestes répétitifs responsables d’un surmenage de l’épaule (sport, métier manuel, bricolage)
  • L’usure de certains muscles de l’épaule
  • Une anomalie anatomique (acromion en crochet)
  • Une arthrose de l’épaule responsable d’une excroissance osseuse
  • Un traumatisme affectant la coiffe des rotateurs

Quels sont les symptômes du conflit sous-acromial ?

Le conflit sous-acromial se manifeste surtout par une douleur de l’épaule, déclenchée par certains mouvements spécifiques.

Cette douleur est de caractère inflammatoire : au début de la pathologie, elle se manifeste rarement, lors de gestes précis sollicitant le bras et l’épaule (par exemple lorsque le patient s’habille). En l’absence de traitement, elle ne tarde pas à progresser, et gêne le patient même au repos. Certaines personnes se plaignent aussi de douleurs nocturnes.

Sans prise en charge, les complications peuvent être importantes : en particulier, les tendons de la coiffe des rotateurs peuvent se rompre.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

La kinésithérapie de l’épaule est indispensable en cas de conflit sous-acromial. Elle peut avoir lieu en première intention, en parallèle du traitement médical ; ou après une chirurgie de l’épaule.

Pour les séances qui s’intègrent à un traitement conservateur, l’objectif des soins et des exercices est d’augmenter l’espace sous l’acromion, de manière à libérer les tendons. Le renforcement musculaire de l’épaule est le meilleur moyen d’y parvenir. En général, il faut compter plusieurs mois de rééducation pour obtenir une amélioration stable et durable.

Dans le cas d’une rééducation post-opératoire, le bras est immobilisé pendant 2 semaines après l’intervention, et les séances commencent généralement à la 3ème semaine. Elles sont très rapprochées (entre 1 et 3 séances par semaine) pour un traitement qui s’étend de 1 à 3 mois.

Diminuez vos douleurs

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux du conflit sous-acromial ?

Il existe deux options de traitement possibles pour corriger un conflit sous-acromial :

  • Un traitement médical, toujours privilégié en première intention
  • Une opération chirurgicale réalisée sous arthroscopie (acromioplastie)

Le traitement initial comporte :

  • Le repos de l’épaule, par évitement des mouvements douloureux
  • La prise de médicaments contre la douleur
  • Des séances de kinésithérapie

Dans le cas où aucune amélioration n’est constatée au bout de quelques mois, l’acromioplastie peut être envisagée. Cette intervention consiste à rogner l’acromion, pour augmenter l’espace sous-acromial et réduire les frottements.

Diagnostic et examens complémentaires

L’examen clinique de l’épaule constitue la première étape indispensable du diagnostic. Lors de cet examen, le médecin réalise un certain nombre de tests pour identifier les mouvements responsables de la douleur.

Dans un deuxième temps, des radiographies sont effectuées, pour évaluer plus précisément le conflit sous-acromial et l’état général de la zone.

Laissez votre commentaire