Syndrome du canal tarsien

Le syndrome du canal tarsien, qui correspond à une atteinte du nerf tibial postérieur, provoque d’importantes douleurs au niveau du pied, de la cheville et dans certains cas des orteils. Heureusement, un traitement bien mené et des séances de kinésithérapie permettent de le soulager.

Généralités

De l’arrière du mollet jusqu’au talon et à la plante des pieds s’étend le nerf tibial, entouré par un canal fibreux que l’on nomme le canal tarsien. Lorsque le canal tarsien s’enflamme, le nerf se retrouve gonflé et comprimé, ce qui provoque d’importantes douleurs de la cheville, ainsi que d’autres symptômes regroupés sous le nom de syndrome du canal tarsien.


Quelques chiffres et faits sur le syndrome du canal tarsien :

  • Le syndrome du canal tarsien est une pathologie rare, qui touche essentiellement des femmes adultes
  • Il est aussi appelé syndrome du tunnel tarsien
  • Dans 25% des cas, la lésion est idiopathique, ce qui signifie qu’on n’en connaît pas la cause

Pourquoi ai-je un syndrome du canal tarsien ?

Plusieurs phénomènes peuvent expliquer la compression du nerf tibial postérieur et l’apparition du syndrome, notamment :

  • Un traumatisme (comme une fracture) entraînant un épaississement du nerf
  • Une inflammation des tissus, causée par exemple par une ténosynovite
  • Un gonflement de la cheville, qui peut notamment être lié à une insuffisance rénale ou une hypothyroïdie
  • Un rhumatisme chronique (goutte, polyarthrite rhumatoïde)
  • Plus rarement, la présence d’une tumeur locale

Quels sont les symptômes du syndrome du canal tarsien ?

La douleur est le principal symptôme de ce syndrome canalaire. Localisée sur la face interne de la cheville, irradiant au niveau du talon et parfois des orteils, elle est parfois perçue comme insupportable, et s’accompagne d’autres symptômes comme :

  • Des fourmillements
  • Des picotements
  • Une sensation de brûlure
  • Une hypoesthésie de contact (perte de sensibilité)
  • Des crampes nocturnes

Mécaniques, les douleurs sont provoquées par la marche prolongée, les montées d’escalier, ou encore les mouvements d’appui du pied (par exemple, l’appui sur la pédale de frein). En général, les symptômes vont crescendo : modérés au début de la pathologie, ils s’intensifient en l’absence de prise en charge.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

La kinésithérapie permet de réduire efficacement les douleurs de la cheville et du pied ; elle peut donc être indiquée dans le cadre du traitement du syndrome du tunnel tarsien.

En effet, les massages et les exercices réalisés pendant les séances soulagent efficacement les symptômes, et apportent une aide non négligeable aux patients. Bien sûr, cette rééducation ne remplace pas un traitement de fond, visant la cause sous-jacente de la pathologie ; mais elle permet d’améliorer le bien-être et les capacités fonctionnelles des personnes.

Si la cause du syndrome concerne l’appareil locomoteur (ténosynovite, arthrose, traumatisme de la cheville) le programme de soins sera axé sur le traitement de cette pathologie.

Commencez votre rééducation aujourd’hui

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux du syndrome du canal tarsien ?

Lorsque la cause du syndrome canalaire est connue (traumatisme, maladie systémique), c’est par le traitement de cette pathologie sous-jacente qu’on obtient une amélioration des symptômes. Ce traitement peut être limité dans le temps, ou nécessiter un accompagnement à plus long terme, comme dans le cas de la polyarthrite rhumatoïde, qui est une affection chronique.

En parallèle, les patients doivent ménager leurs pieds, en portant des chaussures adaptées (ce qui signifie par exemple que les talons hauts doivent être évités). Le médecin peut également recommander un bilan chez un podologue, pour corriger d’éventuels troubles de la statique grâce à des orthèses plantaires sur mesure.

Enfin, la douleur est traitée par une médication adaptée (antalgiques, AINS). Dans certains cas plus sévères, des infiltrations de corticoïdes peuvent être indiquées.

Le traitement chirurgical du syndrome du canal tarsien est indiqué lorsque la cause identifiée peut être corrigée par chirurgie ; ou en cas d’échec du traitement initial (douleurs qui persistent au-delà de 6 mois de traitement).

Diagnostic et examens complémentaires

Le diagnostic de ce syndrome repose sur plusieurs éléments :

  • Examen clinique de la cheville, du pied et des orteils
  • Radiographie du pied et de la cheville
  • Réalisation d’un électromyogramme

Dans certains cas plus rares et complexes, une IRM peut être demandée, pour rechercher une cause non détectée par les autres moyens.

Laissez votre commentaire