Hallux valgus

L’hallux valgus, plus connu sous le nom d’oignon au pied, est une problématique courante, qui correspond à une déviation du gros orteil. Parfois douloureux, il peut être corrigé grâce à plusieurs options de traitement.

Généralités

Sur le plan anatomique, l’hallux valgus correspond au déplacement d’un os, le premier métatarsien. Celui-ci dévie à l’opposé du gros orteil, formant une bosse qui justifie le surnom d’oignon au pied. Plus la déformation est importante, plus l’hallux valgus est potentiellement douloureux.


Quelques chiffres et faits sur l’hallux valgus

  • En France, 30% de la population âgée est concernée par l’hallux valgus
  • Dans 1 cas sur 4, cette déformation est héréditaire
  • L’hallux valgus concerne plus de femmes que d’hommes, particulièrement après 40 ans

Pourquoi ai-je un hallux valgus (oignon au pied) ?

Les causes exactes de l’hallux valgus sont encore mal connues. On sait que l’hérédité a un rôle important à jouer, notamment car elle intervient sur les facteurs suivants :

  • Hyperlaxité
  • Morphologie du pied (le pied égyptien est plus sujet à l’hallux valgus)
  • Expansion excessive des insertions tendineuses

Toutefois, l’hallux valgus n’est pas une fatalité ; dans certains cas, il est favorisé par des facteurs que chacun peut maîtriser, comme le chaussage. En effet, les chaussures étroites et/ou à talons hauts peuvent favoriser les déformations de l’avant-pied. L’indice de masse corporelle (IMC) est un autre élément à prendre en compte.

Quels sont les symptômes de l’hallux valgus ?

L’oignon au pied est généralement indolore, la déviation de l’os du gros orteil étant le seul symptôme visible. Dans certains cas cependant, la marche provoque des douleurs, à cause du frottement de l’hallux valgus contre la chaussure.

Ces frottements peuvent entraîner des complications (callosités, bursite). En cas de bursite, l’hallux valgus est douloureux, rouge et chaud, ce qui correspond à des symptômes d’inflammation.

Lorsque la déviation est inférieure à 20°, on parle d’hallux valgus léger. Lorsqu’elle est comprise entre 20° et 40°, la déviation est considérée comme modérée. Enfin, on parle d’hallux valgus sévère lorsque l’angle est supérieur à 40°. Dans la forme sévère de la déformation, le gros orteil et le deuxième orteil sont superposés, entraînant une gêne fonctionnelle importante.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

La kinésithérapie est souvent prescrite en cas d’hallux valgus. Elle peut intervenir en prévention, pour limiter la progression de la déformation ; ou en post-opératoire, après une chirurgie de l’hallux valgus.

La prévention repose essentiellement sur des conseils en matière de chaussage, ainsi que des techniques comme les massages, les exercices d’étirement, et le renforcement musculaire du pied.

La rééducation post-opératoire commence généralement 3 semaines après l’intervention. Elle comporte des exercices de flexion plantaire, ainsi qu’une rééducation progressive à la marche. Cette dernière est cruciale pour lutter contre le réflexe de l’appui latéral, fréquent chez les patients opérés d’un hallux valgus.

Diminuez vos douleurs

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux ?

Le soulagement des douleurs est obtenu grâce à la prise d’anti-inflammatoires ou d’antalgiques, prescrits par le médecin traitant.

Pour prévenir l’aggravation de la déformation, des orthèses plantaires peuvent être prescrites, suite à une consultation chez un podologue. L’adaptation du chaussage et la rééducation sont d’autres mesures efficaces. Si la pathologie s’accompagne de cors et de durillons, un traitement en pédicurie peut être indiqué.

Toutes ces interventions ne permettent pas de réduire l’oignon au pied, mais d’en limiter l’évolution, et de lutter contre les symptômes. C’est pourquoi, lorsque l’hallux valgus est particulièrement sévère et invalidant, la chirurgie est la seule solution efficace, suivie d’une indispensable rééducation.

Diagnostic et examens complémentaires

L’observation de la déformation du gros orteil, visible à l’œil nu, suffit à diagnostiquer un hallux valgus. Toutefois, en vue du traitement, des examens plus approfondis sont nécessaires, notamment une analyse des zones d’appui du pied au podoscope. Un bilan radiographique est généralement prescrit par le médecin, pour observer précisément la déviation osseuse.

Laissez votre commentaire