Le blog : conseils kiné

Posté par Jérôme Auger

22 juillet 2021

Douleur de la nuque : symptômes, diagnostic et traitement

Traitements, diagnostic et symptômes : douleur à la nuque | Jérôme Auger | Paris

Les douleurs du cou et de la nuque sont désagréables, et malheureusement pas si rares que ça. En effet, au quotidien, les muscles de votre nuque fournissent un travail considérable ; ce sont eux qui soutiennent, stabilisent et font bouger votre tête. Il suffit d’un faux mouvement, d’une mauvaise position ou encore d’un excès de stress, pour entraîner tensions et douleurs dans cette zone si sensible du corps. Comment identifier, diagnostiquer et traiter les douleurs à la nuque ?

Symptômes et caractéristiques d’une douleur à la nuque

Parfois assimilées à des cervicalgies (douleurs du cou) les douleurs à la nuque peuvent se manifester de plusieurs manières.

En général, il s’agit d’un symptôme ponctuel, qui s’estompe sous quelques jours sans intervention médicale. Cependant, chez certains patients, la cervicalgie peut durer plusieurs semaines et devenir chronique, ce qui ne tarde pas à impacter leurs activités quotidiennes, et leur bien-être général.

Une douleur à la nuque se manifeste rarement de manière isolée ; elle s’accompagne généralement d’autres symptômes, les plus courants étant :

  • Une raideur des muscles de la nuque
  • Des difficultés à bouger le cou et la tête

Dans certains cas, des maux de tête (céphalées) et/ou des spasmes peuvent aussi apparaître.

Si les douleurs sont fortes, s’étendent à d’autres parties du corps (notamment les membres) et s’accompagnent d’autres symptômes inhabituels, n’attendez pas avant de consulter un médecin. Parmi les signes qui doivent vous alerter :

  • Douleurs après un traumatisme (choc, chute)
  • Maux de tête importants
  • Fièvre
  • Fourmillements au niveau du bras
  • Perte de sensibilité du bras ou de la main
  • Faiblesse musculaire du bras ou de la main
  • Troubles de l’équilibre

Diagnostic d’une douleur à la nuque

Inutile de vous précipiter chez le médecin si vous ressentez, pour la première fois, une douleur modérée de la nuque sans symptôme grave. Vous pouvez laisser passer quelques jours, en évitant les mouvements brusques du cou et en surveillant votre posture.

Si au bout de ces quelques jours la douleur ne disparaît pas, voire s’accentue, une consultation s’impose.

L’importance de la consultation médicale et du diagnostic

Le diagnostic de l’origine d’une douleur au cou est parfois difficile à poser, cette problématique étant souvent multifactorielle.

Pour comprendre au mieux votre mal, le médecin vous posera des questions précises sur :

  • La localisation exacte de la douleur
  • Son historique
  • Ses facteurs aggravants
  • La présence de symptômes associés (céphalées, irradiation de la douleur dans le bras…)

L’interrogatoire ne dispense pas d’un examen clinique rigoureux du cou, mais aussi des épaules, qui peuvent être impliquées dans les douleurs. Les réflexes du patient sont aussi évalués grâce à des tests spécifiques, pour vérifier le bon fonctionnement de la moelle épinière et identifier d’éventuels troubles neurologiques.

Des causes variées

Dans la majorité des cas, les douleurs à la nuque correspondent à :

  • Une arthrose cervicale
  • Des tensions musculaires
  • Une compression nerveuse

Elles sont aussi un symptôme courant de fibromyalgie, un syndrome encore difficile à diagnostiquer, qui se manifeste par des douleurs diffuses dans l’ensemble du corps.

Enfin, il ne faut pas négliger les causes potentiellement plus graves de douleur à la nuque : méningite, tumeur vertébrale ou de la moelle épinière, infections diverses…Ces problématiques sont relativement rares, mais systématiquement vérifiées.

Examens complémentaires

En général, si les douleurs disparaissent au bout de quelques semaines, aucun examen autre que clinique n’est nécessaire.

Des radiographies peuvent être demandées pour confirmer le diagnostic d’arthrose cervicale, mais aussi pour observer des lésions traumatiques comme un tassement vertébral. Si la pathologie suspectée est plus grave, d’autres examens peuvent être effectués ; dans ce cas, les radios font office de bilan initial avant des analyses plus poussées (bilan sanguin, scanner, IRM, électromyographie…).

Tous ces éléments sont déterminants pour le choix de votre traitement.

Quel traitement pour une douleur à la nuque ?

La prise en charge d’une douleur à la nuque dépend évidemment de la pathologie en cause.

Les douleurs modérées et bénignes, sans symptômes inquiétants, disparaissent d’elles-mêmes en quelques jours. Vous pouvez prendre du paracétamol en automédication le temps que le mal passe.

Face à ce type de douleur, les médecins déconseillent de rester immobile ! En effet, la guérison se fait plus rapidement chez les personnes qui conservent une activité physique ; à condition bien sûr de ménager votre cou. Pas de sports violents donc, mais le maintien d’activités douces comme la marche ou le vélo.

Si votre douleur persiste et devient chronique, des séances de kinésithérapie peuvent être indiquées. Après vous avoir examiné, le kinésithérapeute établit un programme de soins personnalisé, visant à réduire les tensions ainsi qu’à renforcer les muscles de la nuque. Le programme comprend au moins des massages, pour décontracter la zone douloureuse, et des exercices de renforcement musculaire.

La kinésithérapie est aussi très pertinente pour la prise en charge des douleurs chroniques de la fibromyalgie et de la polyarthrite rhumatoïde, qui sont une cause fréquente de nuque douloureuse. Vous apprenez à gérer et diminuer votre douleur au quotidien, de manière à poursuivre vos activités et préserver votre qualité de vie.

Laissez votre commentaire