Onde de choc

Posté par Jérôme Auger

Publié le 23/10/2019

Modifié le 19/07/2023

A quoi servent les ondes de choc ?

Découvrir le traitement par ondes de choc | onde de choc kiné prix | Jérôme Auger | Paris 16

A l’origine utilisées en urologie pour traiter les calculs rénaux, les ondes de choc permettent aujourd’hui de favoriser la consolidation osseuse et de prendre en charge diverses lésions musculo-squelettiques. Il s’agit notamment d’une technique de soin recommandée par les kinésithérapeutes afin de soigner les tendinopathies. Explications.

Les ondes de choc : rappel des fondamentaux

Dans le détail, une onde de choc se caractérise par l’envoi d’une augmentation brusque de pression, suivie rapidement d’une phase de pression négative. Plusieurs niveaux d’énergie peuvent ainsi être émis : basse, moyenne et haute densité.

Dans les années 80, les ondes de choc (ODC) étaient exclusivement utilisées pour traiter les calculs rénaux (la lithotripsie). Désormais, les ondes de chocs, également appelées « shockwavetherapy » (SWT), sont aussi utilisées en traumatologie du sport afin de traiter les pathologies musculo-tendineuses de l’appareil locomoteur.

Différents types d’ondes de choc

Il existe deux modalités techniques d’ondes de choc :

  • Les ondes de choc focales : elles permettent une action en profondeur qui peut atteindre jusqu’à 12 cm. Aponévrosite plantaire, tendinite, épicondylite, tennis elbow… Les indications sont nombreuses.
  • Les ondes de choc radiales : elles permettent, quant à elles, d’avoir une action vers les tissus sur une profondeur de 50 mm maximum (en cas de tendinopathies, bursite du talon, épine calcanéenne…).

Quelles indications pour les ondes de choc ?

Les ondes de choc sont indiquées dans le traitement des :

  • Fibroses musculaires : La fibrose musculaire se réfère au remplacement du tissu musculaire normal par du tissu cicatriciel dense et fibreux. Cela peut résulter de lésions musculaires répétitives, de troubles inflammatoires chroniques ou de conditions génétiques. La fibrose musculaire peut entraîner une raideur, une faiblesse et une douleur dans le muscle affecté, réduisant potentiellement la fonction et la mobilité. Le traitement peut comprendre la physiothérapie, les médicaments anti-inflammatoires et, dans certains cas, la chirurgie.
  • Bursites : La bursite est une inflammation d’une bourse, un petit sac rempli de liquide qui sert de coussin entre les os, les tendons et les muscles. Cela peut causer une douleur, un gonflement et une tendresse dans la zone affectée. La bursite est souvent due à des mouvements répétitifs ou à une pression prolongée. Le traitement inclut le repos, la glace, les médicaments anti-inflammatoires et la physiothérapie.
  • Tendinopathies, avec ou sans calcification : La tendinopathie se réfère à une maladie du tendon, qui peut causer une douleur et une limitation des mouvements. Dans certains cas, des dépôts de calcium peuvent se former dans le tendon, aggravant les symptômes. Le traitement pour les tendinopathies peut comprendre le repos, la physiothérapie, les médicaments anti-inflammatoires et, dans des cas plus graves, la chirurgie.
  • Épines calcanéennes : Comme mentionné précédemment, l’épine calcanéenne est une excroissance osseuse qui se développe sur le calcanéum. Le traitement se concentre sur la réduction de l’inflammation et de la douleur, avec des moyens conservateurs tels que le port de chaussures appropriées, les exercices d’étirement et l’utilisation de semelles orthopédiques. Dans les cas plus sévères, des interventions plus invasives peuvent être nécessaires.
  • Périostites : Une périostite est une inflammation du périoste, la couche externe de l’os. C’est une cause fréquente de douleur osseuse, en particulier chez les athlètes. Le traitement consiste généralement en du repos, des médicaments anti-inflammatoires et des exercices de physiothérapie.
  • Aponévrosites plantaires : L’aponévrosite plantaire, également connue sous le nom de fasciite plantaire, est une inflammation de l’aponévrose plantaire, une bande de tissu qui s’étend de l’os du talon jusqu’aux orteils. Cela peut causer une douleur intense au talon, surtout avec les premiers pas le matin. Le traitement peut comprendre des exercices d’étirement, des semelles orthopédiques, des médicaments anti-inflammatoires et, dans des cas sévères, la chirurgie.

Elles peuvent être utilisées sans prescription médicale.

Les effets du traitement par ondes de choc

Le traitement par ondes de choc entraîne des effets bénéfiques sur la douleur et la cicatrisation.

  • Action antalgique : la répétition des chocs permet une réduction rapide de la douleur au niveau local lors de la séance et une baisse de la concentration de substance P, neurotransmetteur de la douleur.
  • Action défibrosante des tissus : création de micro-lésions qui vont relancer un processus de cicatrisation.
  • Action vasculaire : les impulsions entraînent une hypervascularisation et une revascularisation, qui permettent d’améliorer le métabolisme local, d’augmenter les facteurs de croissance et de favoriser une meilleure cicatrisation.
  • Action décalcifiante.

Les ondes de choc permettent d’augmenter la perméabilité des capillaires sanguins et donc de favoriser les échanges de nutriments entre les différentes structures tissulaires. Chez les sportifs, ce traitement permet de poursuivre l’entraînement sans risque.

Ondes de choc : le protocole

Les ondes de choc sont émises à travers le tissu cutané du patient, à l’aide d’un appareil permettant d’appliquer des impulsions à répétition sur la zone visée.

Le kinésithérapeute se sert d’une pièce à main munie d’un embout, dont la forme et la taille varient selon la zone à traiter. Cet appareil peut être réglé en fonction de l’intensité du traitement et de la tolérance du patient. L’impulsion se situe entre 5 000 et 100 000 coups avec une pression de 1,2 à 3 bars. La fréquence est également ajustable.

Le protocole comprend entre 4 et 6 séances de 5 à 10 minutes, à raison d’une séance par semaine, avec un repos de 5 jours entre les séances.

Les contre-indications à l’utilisation des ondes de chocs

Les ondes de chocs sont contre-indiquées dans certains cas :

  • Lorsque le patient est sous traitement anti-coagulant ou présente des troubles de la coagulation
  • Lorsqu’il présente un syndrome douloureux régional complexe (SDRC)
  • En cas de grossesse
  • En cas de plaies
  • Si le patient porte un pacemaker ou un autre matériel métallique.

Enfin, la technique des ondes de choc ne génère que peu d’effets secondaires (rares irritations, ecchymoses, douleurs locales temporaires, etc.).

Pour conclure, en termes d’efficacité thérapeutique, le traitement par ondes de choc offre de très bons résultats. Il permet de réduire la douleur rapidement, significativement et d’améliorer la qualité de vie, tout en offrant la possibilité de conserver une activité physique modérée en-dessous du seuil de douleur.

Article rédigé par Jérôme Auger

Jérôme Auger est masseur-kinésithérapeute et ostéopathe, spécialisé dans les pathologies liées au sport. Il vous apporte tous ses conseils liés à la kinésithérapie dans ce blog.

Articles recommandés pour vous

Comment éviter les douleurs au genou pendant la course ? | Jerôme Auger | Paris 16

Comment prévenir et traiter les douleurs au genou quand on court ?

Les douleurs et blessures du genou sont…

Comment préparer un marathon avec un kiné du sport ? | Jerôme Auger | Paris 16

L’importance de la kinésithérapie du sport pour préparer un marathon

Quelle que soit votre expérience du marathon,…

Prévenir l’élongation des muscles ischio-jambiers | Jerôme Auger | Paris 16

Comment éviter une élongation des muscles ischio-jambiers durant la course à pied ?

Les ischio-jambiers sont les muscles les plus…

Comment reconnaître une tendinite ? | Jerôme Auger | Paris 16

Comment reconnaître une tendinite ?

Les tendinites sont des pathologies courantes, qui…

Voir tous les articles

Les questions que vous vous posez

Avatar de  EMMANUEL KINESITHERAPEUTE

EMMANUEL KINESITHERAPEUTE

Publié le 17/10/22

INTERESSANT CET ARTICLE, CLAIRE ET PRECIS

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide