Ostéopathie

Posté par Jérôme Auger

08 décembre 2020

Kinésithérapie ou ostéopathie pour une entorse de la cheville ?

Il est souvent difficile de savoir si c’est la kinésithérapie ou l’ostéopathie qui correspond le mieux pour une entorse de la cheville ? | Jérôme Auger

L’entorse de la cheville est une blessure très fréquente ; en France, on compte environ 6000 nouveaux cas par jour. Comme toutes les entorses, elle peut être bénigne, moyenne ou grave, et c’est ce degré de sévérité qui va en grande partie déterminer le choix du traitement à suivre. A quel moment du traitement interviennent le kinésithérapeute et l’ostéopathe ? Quel est l’intérêt de combiner ces deux thérapies manuelles pour soulager une entorse de la cheville ?

Traitement d’une entorse de la cheville : quels objectifs ?

L’entorse de la cheville correspond à une lésion d’un ou plusieurs des ligaments de l’articulation, entraînant son dysfonctionnement : suite à une torsion de la cheville, qui peut survenir lors de la pratique d’un sport ou en marchant sur un terrain irrégulier, les ligaments sont étirés, ce qui provoque une douleur et des gonflements. En cas d’entorse bénigne, ces symptômes sont modérés, et la mobilité de la cheville est conservée. En cas d’entorse moyenne ou grave, la mobilité de la cheville est affectée, et l’appui rendu douloureux ou impossible.

Le traitement d’une entorse de la cheville poursuit donc les objectifs suivants :

  • Dans un premier temps, soulager la douleur et l’inflammation, et prévenir l’apparition d’une phlébite en cas d’entorse grave
  • Favoriser la cicatrisation de la lésion ligamentaire
  • Rétablir les fonctions normales de la cheville, pour que vous puissiez reprendre toutes vos activités sans gêne et sans douleur, y compris le sport
  • Renforcer les muscles pour prévenir les récidives

Après le traitement médical de première intention, qui repose surtout sur la contention, le repos et l’application de glace, le kinésithérapeute intervient sur tous ces aspects de la guérison, grâce à des techniques variées.

Traitement kinésithérapique de l’entorse de la cheville

Lors de la consultation médicale qui permet de poser le diagnostic, des séances de kinésithérapie sont généralement prescrites, entre 10 et 20 en fonction de la gravité de la blessure. Elles sont impératives en cas d’entorse moyenne ou grave, et fortement recommandées en cas d’entorse bénigne, pour les patients dont l’activité professionnelle ou sportive nécessitent une bonne stabilité de la cheville.

Le kinésithérapeute intervient dès la phase de réduction de la douleur et de l’oedème. A cet effet, les techniques les plus fréquemment employées sont :

  • La cryothérapie (traitement par le froid)
  • L’électrothérapie
  • Les massages
  • La pressothérapie

Pour restaurer la mobilité de l’articulation, des mobilisations actives et passives, des mobilisations spécifiques et des exercices d’étirements sont réalisés.

Le renforcement musculaire est une autre part importante du traitement kinésithérapique de l’entorse. Ici, il s’agit de travailler les muscles stabilisateurs de la cheville, grâce à des exercices adaptés ; l’objectif étant de prévenir l’instabilité chronique de la cheville.

Enfin, la rééducation proprioceptive permet d’améliorer votre stabilité et de prévenir les récidives : il s’agit d’une technique de reprogrammation neuromusculaire, qui vous aide à récupérer votre proprioception (perception de la position de votre propre corps dans l’espace), perturbée par l’entorse. L’objectif est de re trouver de bonnes sensations au niveau de la cheville, et de programmer votre cerveau à vous protéger de la blessure, par anticipation de la contraction musculaire, ou diminution du poids appliqué sur la cheville.

La rééducation chez un kinésithérapeute est fortement recommandée, voire indispensable en cas d’entorse de la cheville. Elle permet d’optimiser la guérison, et de reprendre rapidement vos activités quotidiennes et sportives, avec un risque réduit de récidive. Il est conseillé de démarrer les séances le plus tôt possible après le traumatisme.

Traitement ostéopathique d’une entorse de la cheville

L’ostéopathie est une thérapie manuelle fondée sur une approche globale du corps et de son fonctionnement. Les techniques employées par l’ostéopathe visent à restaurer l’équilibre entre les différentes partie du corps pour éviter instabilités, douleurs et blessures.

Dans le cadre d’une entorse de la cheville, le traitement ostéopathique poursuit deux objectifs :

  • Restaurer une bonne mobilité de la zone blessée (cheville et pied)
  • Lutter contre l’instabilité chronique de la cheville

L’approche globale de l’ostéopathe le conduit à investiguer et corriger non seulement vos chevilles, mais aussi toutes les parties du membre inférieur (péroné, hanche, genoux, bassin, et même la zone lombaire). Les manipulations permettent aussi de libérer tous les tissus péri-articulaires (muscles, fascias, ligaments) des tensions engendrées par le traumatisme. Enfin, l’ostéopathe travaille également sur les systèmes vasculaire et nerveux, car une bonne circulation sanguine permet de favoriser la cicatrisation.

La prévention fait partie intégrante de la démarche de l’ostéopathe ; il s’agit non seulement de préserver la cheville, mais aussi d’éviter que la personne mette en place une compensation pour pallier à la faiblesse de l’articulation blessée. A terme, cela pourrait par exemple causer des douleurs articulaires ou lombaires, ou encore de l’arthrose.

Comme le kinésithérapeute, l’ostéopathe peut intervenir à différentes phases du traitement :

  • Directement après le traumatisme, pour diminuer l’inflammation par un drainage de la cheville
  • Après résorption de l’oedème, pour travailler sur la mobilité de l’articulation
  • Pendant ou après la rééducation, pour identifier et corriger d’éventuels déséquilibres

Kinésithérapeute ou ostéopathe : quel traitement choisir ?

Les approches kinésithérapique et ostéopathique pour le traitement d’une entorse de la cheville sont différentes mais complémentaires. Pour une récupération optimale, l’idéal est de combiner les deux thérapies.

Le travail de l’ostéopathe vient compléter celui du kinésithérapeute : par exemple, il pourra identifier et corriger un pied mal axé, ce qui permettra de gagner du temps au moment de la rééducation.

Plus globalement, le repérage et la correction des déséquilibres et de toutes les contraintes anormales exercées sur la cheville permet d’accélérer la guérison, et d’optimiser la rééducation effectuée chez le kinésithérapeute. L’ostéopathie permet en somme de “préparer le terrain”, pour que le patient puisse profiter de tous les bienfaits du travail de rééducation.

Cette double approche est donc conseillée pour toutes les personnes qui souhaitent accélérer et optimiser la récupération après une entorse de la cheville, notamment les sportifs. Quel que soit votre niveau d’activité physique, un traitement global combinant kinésithérapie et ostéopathie est le meilleur moyen de prévenir l’instabilité chronique de la cheville, et donc les entorses à répétition et d’éventuelles complications.

Laissez votre commentaire