Sport et kinésithérapie

Posté par Jérôme Auger

11 mars 2021

Les blessures musculaires du footballeur

Quels sont les traitements à la suite d’une blessure musculaire pour un footballeur | Jérôme Auger

Les blessures musculaires font partie des risques liés à la pratique du football. Très fréquentes chez les footballeurs amateurs comme professionnels, elles sont de gravité variable : cela peut aller de la simple contracture sans gravité, à la déchirure qui nécessite un repos de plusieurs semaines. Un certain nombre de facteurs favorisent l’apparition des accidents musculaires, qui peuvent être limités.

Quelles sont les blessures musculaires rencontrées au football ?

Par ordre croissant de gravité, les blessures musculaires rencontrées au football sont la contracture, l’élongation, la déchirure et la rupture. En fonction du type de blessure, mais aussi du niveau de compétition du footballeur, les traitements ne sont pas les mêmes. En cas de douleur vive, il convient de consulter un spécialiste au plus vite.

Contracture musculaire

La contracture est, juste après la crampe, la forme la moins grave de blessure musculaire. Comme son nom l’indique, il s’agit de la contraction douloureuse et involontaire de plusieurs fibres d’un même muscle. La contracture se manifeste au départ par une douleur intense après l’exercice, pendant les phases de repos. Si le footballeur poursuit l’effort, la douleur devient aussi incommodante pendant celui-ci.

On distingue généralement deux types de contractures :

  • La contracture par sur-utilisation, qui se produit lorsque le muscle est soumis à un effort trop intense. Elle se manifeste par une douleur très localisée ; la palpation fait apparaître une zone dure, qui peut se présenter sous forme de boule ou de cordes. C’est donc une blessure facile à repérer. Le muscle est également douloureux lors d’un étirement passif, ou d’une contraction volontaire
  • La contracture par mécanisme de défense, aussi appelée contracture réflexe, est un réflexe de défense qui fait suite à un traumatisme ou à une douleur. Le muscle se contracte pour limiter l’aggravation de celle-ci, en réduisant le déplacement des membres ou des articulations. Ce mécanisme provoque un blocage, suivi d’une douleur au niveau du muscle.

Si vous souffrez d’une contracture lorsque vous jouez au football, la première chose à faire est d’interrompre l’entraînement pour mettre le muscle au repos. Le premier traitement consiste à appliquer de la chaleur sur la zone douloureuse, afin de décontracturer le muscle ; un massage à l’aide d’une pommade myorelaxante peut également aider.

En cas de contracture par sur-utilisation, la reprise peut généralement se faire sous 5 à 7 jours, de manière progressive. Pour les contractures réflexe, le délai de reprise dépend du diagnostic effectué par le médecin.

Elongation musculaire

L’élongation survient lorsque le muscle est soumis à un effort trop important, dépassant ses limites d’élasticité, de contractilité et d’extensibilité. En résultent des micro-déchirures des fibres musculaires, sans atteinte grave.

La douleur de l’élongation se présente sous forme de piqûre ou pointe, précisément localisée. Elle se manifeste pendant l’exercice, et disparaît au repos ; pour l’identifier au repos, on peut toutefois appuyer sur l’endroit où elle est apparue.

Il ne s’agit pas d’une blessure grave, toutefois l’arrêt de l’entraînement est recommandé. Pour soigner une élongation, vous pouvez appliquer de la glace régulièrement (tous les jours pendant quelques jours) au niveau du muscle concerné. Ce traitement, avec un arrêt de 4 à 7 jours, suffit pour les sportifs amateurs. Les footballeurs professionnels se font quant à eux accompagner par un médecin du sport, un kinésithérapeute ou un kiné du sport, qui leur prescrivent des traitements spécifiques pour accélérer la guérison, comme la mésothérapie ou l’électrothérapie.

Claquage et déchirure musculaire

La déchirure musculaire désigne la rupture d’un nombre plus ou moins important de fibres musculaires. Lorsqu’il s’agit d’un petit nombre de fibres, on parle le plus souvent de claquage, le terme déchirure étant généralement réservé à la rupture d’une partie du muscle.

La déchirure musculaire entraîne des douleurs aiguës, et fait généralement suite à un choc, ou à un effort physique brutal.

La douleur liée à cette lésion est vive et survient soudainement ; elle est souvent comparée à un “coup de poignard”. Cette douleur intense impose l’arrêt brutal du mouvement, et s’accompagne d’une hémorragie locale (hématome). Le point douloureux est facilement identifiable lors de la palpation.

La prise en charge initiale de cette blessure repose sur la méthode GREC (glace, repos, élévation et compression). Une fois le diagnostic posé, le médecin peut prescrire des antalgiques, pour soulager la douleur en début de traitement. Dans tous les cas, l’arrêt du football est indispensable, car le muscle doit être mis au repos pour cicatriser. La durée du repos, variable en fonction de l’importance de la blessure, est souvent comprise entre 1 et 3 mois.

Des séances de kinésithérapie sont indispensables après une déchirure. Lorsque celle-ci est sans gravité, la rééducation peut commencer quelques jours après la blessure. Dans les autres cas, d’autres techniques sont employées pour faciliter la cicatrisation, comme la balnéothérapie, les ultrasons ou encore la cryothérapie.

Rupture musculaire complète

Enfin, parmi les traumatismes musculaires du footballeur, la rupture complète correspond au stade le plus critique. Il s’agit d’un cas particulièrement grave de déchirure, dans lequel le muscle entier est déchiré, comme une fracture osseuse. La douleur est si intense que le joueur peut faire un malaise sur le terrain.

La déchirure musculaire complète se caractérise par un creux perceptible au niveau de la rupture, et une boule au niveau du muscle rétracté. La période de repos et de récupération est plus longue qu’en cas de rupture partielle. Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut même s’avérer nécessaire.

Des examens, comme une échographie ou un IRM, sont parfois nécessaires pour compléter les observations cliniques du médecin, et identifier précisément le type de lésion musculaire.

Les muscles les plus à risque lors de la pratique du football

Au football, le risque de traumatisme musculaire concerne surtout les muscles des jambes, à savoir :

  • Le quadriceps (face avant de la cuisse)
  • Les ischio-jambiers (face arrière de la cuisse)
  • Les adducteurs (intérieur de la cuisse)
  • Le jumeau interne (mollets)

Quels sont les causes des blessures musculaires du footballeur ?

Les accidents musculaires sont les blessures les plus fréquentes chez les footballeurs. Deux mécanismes d’action sont en cause :

  • Une action directe ou intrinsèque, lorsque le muscle reçoit un choc direct. Au football, cela se produit par exemple en cas de contact entre deux joueurs
  • Un mécanisme indirect ou extrinsèque, lorsque le muscle subit un étirement excessif, par exemple en cas de démarrage brutal ou de mauvaise réception d’un saut

Les facteurs de risque sont surtout d’ordre hygiéno-diététique, individuel ou environnemental (conditions de jeu). A cela s’ajoutent des causes plus directes liées à l’entraînement lui-même.

Blessures musculaires : les facteurs de risque

Les éléments favorisant l’apparition des lésions musculaires sont d’abord d’ordre individuel.
En effet, ces accidents se produisent plus souvent chez des joueurs âgés de plus de 30 ans, en raison de la perte d’élasticité des muscles liée à l’âge. Sont également plus à risque :

  • Les joueurs ayant pour d’autres raisons un déficit d’élasticité musculaire, et une amplitude articulaire limitée
  • Les personnes en convalescence, touchées par la grippe ou une infection
  • Les joueurs dont l’état psychologique est marqué par une importante émotivité, ou une mauvaise gestion du stress
  • Ceux ayant mal guéri d’une blessure musculaire antérieure (récidive)

L’aspect hygiéno-diététique entre également en compte, particulièrement lorsque l’entraînement est intense. Les accidents musculaires ont plus de chances de survenir chez les footballeurs :

  • Qui manquent de sommeil
  • Dont l’alimentation est déséquilibrée
  • Dont l’hydratation est insuffisante avant pendant ou après l’effort
  • Qui consomment des anabolisants ou des corticoïdes : en effet, les anabolisants augmentent le volume des muscles mais pas la résistance des tendons ; quant aux corticoïdes, ils fragilisent à la fois les muscles et les tendons.
  • Qui sont concernés par le tabagisme

Enfin, certains facteurs environnementaux comme le froid, l’humidité, le vent ou un sol glissant, favorisent les chutes et les accidents musculaires au football.

Les causes liées à l’entraînement

Au-delà de ces facteurs favorisants, d’autres éléments liés à l’entraînement augmentent les risques de lésions musculaires. Notamment :

  • Un échauffement absent, insuffisant ou de mauvaise qualité
  • Un effort excessif (trop intense ou prolongé)
  • Une insuffisance d’étirement musculaire
  • Des mouvements brusques pendant l’entraînement, ou un geste sportif de mauvaise qualité
  • Un déséquilibre musculaire
  • Un manque de récupération

Comment prévenir les accidents musculaires au football ?

Pour limiter la survenue des blessures musculaires au football, il convient d’abord de lutter contre les facteurs favorisants. Cela en passe notamment par une bonne hygiène alimentaire, et l’écoute des signaux de fatigue envoyés par le corps. L’hydratation est une autre composante essentielle à prendre en compte.

Ensuite, l’autre point important à surveiller est la préparation physique. En effet, pour limiter les blessures musculaires, les muscles et les tendons doivent être entraînés régulièrement, et de manière progressive. Cela vaut particulièrement pour les personnes qui reprennent le football après un temps d’arrêt, ou qui souhaitent commencer. Des exercices de renforcement musculaire en excentrique sont recommandés.

Enfin, à plus court terme, l’échauffement ne doit pas être négligé. En effet, un muscle froid est plus susceptible de souffrir d’un claquage ou d’une déchirure. Pendant l’effort, les footballeurs doivent également veiller à être suffisamment relâchés dans l’ensemble de leurs gestes, car le relâchement musculaire permet de limiter bon nombre de blessures.

De manière générale, les footballeurs blessés ont tout intérêt à se faire accompagner par un kiné du sport ou un coach sportif avant de reprendre les entraînements. Une rééducation adaptée, ainsi qu’une préparation physique personnalisée, permettent de retrouver plus facilement ses performances, et de prévenir les récidives.

Laissez votre commentaire