Blessures des enfants sportifs

Les blessures des enfants sportifs diffèrent de celles expérimentées par les adultes. Elles doivent être diagnostiquées et traitées de façon précoce. La kinésithérapie reste primordiale pour la restauration des fonctions et de la force musculaire ainsi que pour la prévention des complications et récidives.

Blessures des enfants sportifs : les traitements | Kinésithérapie | Cabinet Jérôme Auger | Paris

Généralités

La rééducation chez l’enfant sportif peut être envisagée à titre préventif ou curatif. Quelle que soit la blessure ou les douleurs ressenties par le jeune sportif, la rééducation permet de limiter les conséquences d’un accident sportif, de retrouver une mobilité optimale et de poursuivre une activité physique dans les meilleures conditions. Voici les bénéfices de la rééducation chez l’enfant sportif.


Qu’est-ce que la rééducation de l’enfant sportif ?

Le sport chez l’enfant est une excellente chose, mais il ne doit pas être pratiqué sans un minimum de précautions. En pleine croissance, le corps des petits champions peut être mis à rude épreuve et il n’est pas rare qu’une pratique sportive intense entraîne des blessures qui nécessitent des traitements plus ou moins longs.

Les blessures peuvent conduire à une diminution de la mobilité qu’il faut prendre au sérieux rapidement. Toutefois, il est fondamental de réaliser en amont une prévention suffisante, qui passe par des séances d’étirements en début et fin de séance, une hydratation suffisante et une surveillance toute particulière des pratiquants de sports de ballon notamment. La rééducation consiste alors en la réalisation d’étirements des muscles touchés par d’éventuelles blessures et un renforcement musculaire progressif.

Les maux les plus courants traités par la rééducation chez l’enfant sportif

Les blessures les plus fréquentes chez l’enfant sportif sont en premier lieu les ostéochondroses de croissance, connues également sous le nom d’épiphysites. Elles résultent d’un surmenage sportif qui provoque un arrachement progressif de l’insertion d’un muscle sur l’os, et touchent le genou, le coude et la cheville. La maladie de Sever, touchant le pied, ou encore la maladie d’Osgood Schlatter, touchant le genou, sont bien connues des kinésithérapeutes, car elles surviennent fréquemment chez les enfants sportifs dont l’activité physique est très intense.

Aussi, les ostéochondrites disséquantes, qui atteignent le cartilage articulaire et l’os sous-jacent au niveau du genou, peuvent être traitées par des séances de rééducation après une opération, afin de parvenir à une récupération fonctionnelle et une diminution des douleurs. Ces lésions entraînent un gonflement et des douleurs qui s’intensifient selon l’activité pratiquée, mais également une diminution de la mobilité accompagnée d’une difficulté à plier le genou.

Toutefois, les maux qui peuvent être traités par la rééducation sont variés : il peut s’agir de pathologies de surcharge ou de surmenage d’un membre supérieur comme l’épaule, une pathologie de surmenage du rachis ou de la hanche.

Les avantages de la rééducation chez l’enfant sportif

Bien qu’elle soit bénéfique, la pratique d’une activité sportive peut engendrer des perturbations du système musculosquelettique, qui s’explique par la faible résistance du cartilage lors de la croissance. L’intervention d’un kinésithérapeute est très bénéfique lors de blessures, car elle répond en douceur aux spécificités musculaires de chaque sportif.

La rééducation chez l’enfant sportif a pour but de remédier aux blessures, tout en prévenant d’autres pathologies. Elle aide à soulager les douleurs conséquentes aux blessures survenues en échauffement ou en compétition. Ces blessures peuvent provoquer de vives douleurs pendant la marche au quotidien ou pendant la pratique du sport : il est important d’y remédier rapidement pour limiter leur impact sur le développement musculosquelettique de l’enfant.

De plus, la rééducation aide à améliorer les performances et à prévenir d’autres blessures grâce au renforcement musculaire. Lorsque le sportif a été immobilisé, la rééducation est la solution la plus adaptée pour entrevoir un retour au sport.

Déroulé de la séance

Lorsqu’une blessure est décelée chez l’enfant sportif, une mise au repos est tout d’abord envisagée afin de limiter les conséquences de cette dernière.

Ensuite, les séances de kinésithérapie peuvent commencer. Lors de ces séances, des étirements sont proposés au sportif, et notamment des étirements du quadriceps, des étirements des ischio-jambiers, mais également un renforcement musculaire des muscles qui se trouvent autour du genou.

Les séances de rééducation sont adaptées à chaque patient. Si une opération a eu lieu, le kinésithérapeute demandera au patient de limiter l’appui ou l’usage des membres concernés. Généralement, les séances de rééducation chez l’enfant sportif peuvent démarrer dès le 5ème jour post-opératoire et peuvent être prescrites à raison de 2 à 3 fois par semaine.

Pour optimiser les résultats, il est important que le jeune patient réalise chaque jour chez lui les mouvements prescrits par le kinésithérapeute.

Diminuez vos douleurs

Pour aller plus loin…

La rééducation est-elle douloureuse ?

La rééducation est un traitement qui ne doit pas engendrer de douleurs. En effets, les mouvements réalisés avec le praticien peuvent provoquer des sensations de tiraillements mais la manipulation n’est pas douloureuse. Elle aide au contraire à lutter contre les raideurs articulaires et les différentes douleurs liées à la blessure.

Les résultats

Le kinésithérapeute joue un rôle important lors d’une blessure chez l’enfant sportif. Il permet une bonne prise en charge du patient, peut prodiguer de précieux conseils pour aider à retrouver une bonne mobilité et aide à la récupération grâce à des massages et soins spécifiques. La rééducation chez l’enfant sportif est un traitement tout à fait adapté pour envisager une reprise progressive de l’activité physique, mais aussi limiter les conséquences des blessures chez l’enfant sportif.

Laissez votre commentaire