Lutter contre un mal de dos

Posté par Jérôme Auger

11 mai 2022

Douleur dans le bas du dos : symptômes, diagnostic, traitement et prévention

Douleur dans le bas du dos : que faire ? | Jérôme Auger | Paris

Après un faux mouvement ou sans raison particulière, le bas de votre dos vous fait mal ? Ces douleurs, appelées douleurs lombaires ou lombalgies, sont malheureusement très communes. Lorsqu’elles sont chroniques, elles deviennent particulièrement handicapantes. Quels en sont les principaux symptômes ? Comment peut-on prévenir et traiter ces douleurs ?

Douleurs lombaires : les symptômes

On parle de douleurs lombaires pour désigner les douleurs localisées dans la partie basse du dos, car cette zone du corps correspond aux 5 vertèbres lombaires. Aussi appelées lombalgies, ces douleurs peuvent être ponctuelles ou chroniques. Lorsqu’elles sont ponctuelles, on parle de lombalgie aiguë, ou lumbago.

En fonction de sa cause, une douleur dans le bas du dos peut aussi irradier dans une jambe, ou les deux.

La principale conséquence de la lombalgie, qui pousse généralement à consulter, est la gêne fonctionnelle, c’est-à-dire l’incapacité à réaliser certains mouvements. Dans certains cas, la douleur entraîne également une raideur de la colonne vertébrale.

En général, on distingue deux grands types de douleurs dans le bas du dos :

  • Les douleurs mécaniques, qui sont les plus courantes, et se manifestent lorsque les articulations du dos sont sollicitées. En général, elles sont plus fortes en fin de journée. Le lumbago, qui survient brutalement, appartient à cette catégorie.
  • Les douleurs inflammatoires, plus rares, qui se manifestent spontanément même sans sollicitation du dos. Ces douleurs peuvent réveiller les personnes pendant la nuit, et gêner leur endormissement.

Le lumbago est un type de lombalgie bien particulier. Il apparaît brutalement, après un effort ou un faux mouvement, et s’accompagne d’une incapacité fonctionnelle majeure. Souvent, les efforts de toux et de défécation viennent raviver la douleur.

Diagnostic d’une douleur dans le bas du dos

Quand faut-il consulter un médecin ?

Les maux de dos sont fréquents ; environ 9 français sur 10 sont concernés par un épisode de lombalgie au cours de leur vie ! Dans leur grande majorité, ces douleurs disparaissent spontanément au bout de quelques jours, sans traitement particulier.

Une consultation médicale est nécessaire dans les cas suivant :

  • Lorsque les douleurs ne s’estompent pas, voire s’aggravent
  • Lorsqu’elles irradient dans d’autres parties du corps
  • Lorsqu’elles s’accompagnent d’autres symptômes

Votre médecin pourra alors qualifier votre douleur, et si besoin, vous faire effectuer des examens pour en déterminer la cause.

Certains symptômes sont appelés “drapeaux rouges”, car ils signalent une pathologie sous-jacente possiblement grave (infection, tumeur, fracture) : traumatisme important, présence de troubles neurologiques, paralysie des membres inférieurs…Si vous êtes concerné, une consultation en urgence s’impose !

Comment est posé le diagnostic ?

Dans les premières semaines de douleur, un examen clinique complété par un interrogatoire sont suffisants pour diagnostiquer une lombalgie. Le principal objectif de la consultation est d’écarter les causes autres que mécaniques, et de faire préciser les symptômes. Si le diagnostic de lombalgie aiguë ou commune est retenu, aucun autre examen ne sera demandé.

Les examens sont effectués en cas de doute, ou lorsqu’une pathologie sous-jacente est suspectée. Votre médecin pourra notamment vous prescrire :

  • Une prise de sang, pour détecter une éventuelle inflammation
  • Un scanner et/ou une IRM, pour observer les os et les tissus environnant la colonne vertébrale

En général, ces analyses ne sont effectuées que dans des cas bien particuliers : présence de complications, douleurs persistantes malgré le traitement médical, signes de gravité…

Traitement d’une douleur dans le bas du dos

En fonction des caractéristiques et de la durée de votre douleur, plusieurs traitements sont possibles.

Des médicaments contre le mal de dos

Un certain nombre de médicaments peuvent être utilisés pour traiter votre mal de dos. On recommande de les utiliser ponctuellement, pour éviter les effets secondaires.

Les médicaments les plus couramment prescrits pour soulager les lombalgies sont :

  • Les antalgiques (notamment le paracétamol)
  • Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine, ibuprofène)
  • Les relaxants musculaires, qui permettent de réduire la contraction musculaire responsable des douleurs

Lorsque les douleurs sont particulièrement sévères ou résistantes, des anti-douleurs plus forts peuvent être prescrits, mais leur utilisation prolongée est déconseillée. Des antidépresseurs sont parfois prescrits aux patients atteints de lombalgie chronique.

L’importance de l’exercice physique

Contrairement à une idée reçue bien tenace, l’immobilisation et surtout l’alitement, sont déconseillés en cas de lombalgie. Au contraire, une activité physique régulière, d’intensité modérée et non traumatisante pour le dos, permet d’entretenir la souplesse et la musculature du dos, et donc de lutter contre les douleurs. En cas de lumbago, vous pouvez bien évidemment vous reposer pendant la phase aiguë ; mais ce repos ne doit pas excéder 48 heures ! Il convient ensuite de reprendre une activité douce, comme la marche, le vélo, ou certains exercices de renforcement des muscles du dos.

En revanche, tant que les douleurs sont présentes, prenez soin d’éviter les sports violents pour le dos, comme le tennis, l’équitation, les sports de combat ou même la course à pied.

La kinésithérapie efficace en cas de lombalgie chronique

Si vous souffrez de lombalgie chronique, votre médecin vous prescrira certainement des séances de kinésithérapie. On parle de lombalgie chronique lorsque la douleur est présente depuis au moins 3 mois.

Cette rééducation permet bien sûr de soulager vos douleurs, mais aussi d’identifier et corriger les facteurs aggravants, de prévenir les complications et d’améliorer la mobilité de votre dos. Les soins les plus couramment pratiqués sont :

  • Les massages et mobilisations vertébrales
  • Les étirements
  • Le renforcement musculaire du dos et de la ceinture abdominale

L’objectif est de venir à bout de la peur du mouvement, et de vous permettre d’effectuer sans douleur tous les gestes de la vie quotidienne. Des techniques de physiothérapie peuvent aussi être utilisées pour leur effet antalgique.

Approche psychologique et émotionnelle

Il existe un lien entre mal de dos chronique et problèmes d’ordre psychologique et émotionnel. Souvent, les personnes qui souffrent de lombalgie chronique ou récurrente sont exposées à un stress important, généralement professionnel. Le stress a des effets bien réels sur le mal de dos, puisqu’il accentue les tensions musculaires, et augmente notre sensibilité à la douleur.

Si vous vous reconnaissez dans cette description, il peut être intéressant d’envisager une psychothérapie (thérapie cognitivo-comportementale), ou de vous tourner vers des techniques de gestion du stress et de relaxation.

Chirurgie du dos : quand faut-il opérer ?

La chirurgie est rarement envisagée en première intention pour traiter un mal de dos. Les options médicale et kinésithérapique sont toujours privilégiées. Les maux de dos causés par une hernie discale et la compression d’un nerf peuvent être traités chirurgicalement ; l’opération consiste à décomprimer le nerf, en enlevant tout ou partie du disque vertébral concerné. Cette chirurgie est réservée aux formes les plus sévères de pathologie des disques intervertébraux, et donne des résultats satisfaisants dans 80 à 85% des cas.

Douleurs lombaires : comment les prévenir au quotidien ?

Les douleurs lombaires sont souvent liées à des éléments de votre mode de vie. Elles peuvent être évitées en mettant en place quelques mesures de prévention. Vous pouvez notamment :

  • Lutter contre la sédentarité, en ayant une activité physique régulière
  • Surveiller votre posture, surtout si vous travaillez assis plusieurs heures par jour (le dos doit être droit, face au poste de travail)
  • Garder le dos bien droit lorsque vous faites le ménage, soulevez des charges lourdes ou faites du jardinage
  • Faire des pauses régulières en cas de station assise prolongée
  • Faire des exercices réguliers pour renforcer les muscles du dos et de la ceinture abdominale

Sur tous ces éléments, votre médecin et votre kinésithérapeute sont là pour vous aiguiller !

Laissez votre commentaire