Sport et kinésithérapie

Posté par Jérôme Auger

29 avril 2022

Douleurs au thorax et à la poitrine : symptômes, diagnostic et traitement

Douleur au thorax et à la poitrine : que faire ? | Jérôme Auger | Paris

Les douleurs au thorax génèrent souvent de l’inquiétude ; en effet, on pense tout de suite à l’atteinte d’un organe vital ! Pourtant, ce symptôme peut avoir plusieurs causes, qui ne sont pas forcément liées au cœur ou aux poumons. Pour être rassuré, et surtout obtenir un diagnostic et un traitement adéquat, mieux vaut consulter un médecin.

Symptômes d’une douleur au thorax et à la poitrine

Toutes les douleurs dans cette zone du corps ne vont pas se manifester de la même manière. Les symptômes seront différents selon qu’il s’agit :

  • D’une douleur musculaire
  • D’une fracture d’une côte
  • D’une entorse costale
  • D’une névralgie intercostale
  • D’une maladie cardiaque ou pulmonaire (embolie, infarctus du myocarde, péricardite, dissection aortique)
  • D’une atteinte des organes de la région abdominale (foie, pancréas, estomac)

Les douleurs au thorax peuvent aussi correspondre à une atteinte des articulations reliant les côtes et le sternum, causée par exemple par une spondylarthrite ankylosante. Enfin, ce symptôme est parfois lié aux douleurs chroniques diffuses de la fibromyalgie.

Selon son origine, une douleur thoracique peut :

  • Apparaître brutalement ou progressivement
  • Être ressentie comme le serrement d’un étau, comme une brûlure ou comme une crampe
  • Être diffuse ou localisée
  • Être déclenchée par la toux, la respiration et/ou certains mouvements
  • S’accompagner d’une gêne respiratoire
  • S’accompagner d’un hématome intercostal
  • Entraîner une rigidité de la poitrine

Pour éliminer les causes les plus graves et vous orienter vers le bon traitement, un diagnostic médical précis est indispensable.

Diagnostic d’une douleur thoracique

Le diagnostic d’une douleur au niveau du thorax se fait en deux étapes : dans un premier temps, l’examen clinique et l’interrogatoire du patient ; dans un second temps et si nécessaire, un ou plusieurs examens complémentaires.

Examen clinique et interrogatoire

Le premier objectif du diagnostic est de différencier une douleur au thorax d’origine cardiovasculaire, d’un problème musculosquelettique. En effet, les maladies cardiovasculaires requièrent une prise en charge urgente.

L’examen clinique commence donc systématiquement par la recherche de signes de gravité : détresse respiratoire, état de choc, asymétrie de la tension artérielle…Une fois les causes cardiovasculaires graves écartées, l’interrogatoire permet au médecin de connaître :

  • Les facteurs déclenchant la douleur (toux, position et mouvements précis, inspiration, effort physique…)
  • Les caractéristiques de la douleur (localisée ou diffuse, crampe, brûlure…)
  • Sa localisation exacte
  • Sa date et sa fréquence d’apparition
  • Les éventuels symptômes associés (fièvre, toux…)

Examens complémentaires

En cas de douleur à la poitrine ou au thorax, les examens suivants peuvent être pratiqués :

  • Radiographie du thorax
  • Électrocardiogramme
  • Examens biologiques

Traitement des douleurs du thorax et de la poitrine

En cas de douleur à la poitrine d’apparition brutale, accompagnée de signes de détresse (encombrement respiratoire, hypotension, angoisse et signes neurologiques), un service médical d’urgence doit être contacté au plus vite.

En dehors de ce cas bien particulier, les douleurs intercostales sont généralement traitées par :

  • La prise d’antalgiques
  • Lorsque le problème est inflammatoire, la prise d’anti-inflammatoires
  • Le repos
  • Des techniques de manipulation et mobilisation des articulations
  • Des techniques de libération des tensions
  • Des techniques de physiothérapie
  • Un bandage du thorax (contre-indiqué chez les patients insuffisants respiratoires)

Toutes ces techniques, qui sont effectuées chez votre kinésithérapeute, permettent de soulager efficacement les douleurs. Lorsque la fracture costale s’accompagne de signes respiratoires importants, une hospitalisation peut être nécessaire.

Si vos douleurs sont liées à une fibromyalgie ou une spondylarthrite ankylosante, elles peuvent être soulagées ponctuellement par des antalgiques ou des anti-inflammatoires. Néanmoins, pour la gestion de ces pathologies à plus long terme et l’amélioration de votre qualité de vie, un accompagnement en kinésithérapie est fortement recommandé. En effet, la rééducation permet de soulager les douleurs, renforcer la musculature, et enfin améliorer vos capacités fonctionnelles sur le long terme.

Laissez votre commentaire