Enthésopathie

Les enthèses permettent aux ligaments, tendons et autres structures de s’insérer sur les os. Elles possèdent un rôle mécanique et servent à répartir les forces sur l’ensemble de la surface osseuse. Les enthésopathies englobent toutes les pathologies pouvant toucher ces enthèses.

L’enthésopathie : causes et traitement | Kinésithérapie | Cabinet Jérôme Auger | Paris

L’enthésopathie, une pathologie courante

Moins connue que la tendinite, l’enthésopathie est une pathologie de l’enthèse, à savoir la zone qui rattache aux os les tendons, ligaments et autres structures fibreuses. Ces zones de transition ont un rôle important, elles permettent notamment d’amortir les chocs. Comme toutes les pathologies des tendons, l’enthésopathie peut avoir plusieurs localisations, mais les plus courantes sont, logiquement, celles des zones du corps les plus sollicitées. Votre médecin vous a diagnostiqué une enthésopathie du talon, de la hanche ou de l’épaule ? Pas de panique ; la majorité des enthésopathies se soignent très bien, grâce à un traitement médical et kinésithérapique adapté.


Quelques chiffres et faits sur l’enthésopathie

  • Les enthésopathies les plus fréquentes sont celles des membres inférieurs : la première étant l’enthésopathie achilléenne ou calcanéenne, localisée au point de rencontre entre le tendon d’Achille et le calcanéum (os du talon)
  • Cette pathologie est responsable de 15 à 40% des talalgies (douleurs du talon)
  • Viennent ensuite l’enthésopathie rotulienne, celle de la hanche (aussi appelée enthésopathie fessière), et les enthésopathies du coude et de l’épaule
  • La plupart des ces pathologies surviennent dans le cadre du sport

Pourquoi ai-je une enthésopathie ?

Pour comprendre les causes de l’enthésopathie, il faut d’abord savoir qu’il en existe deux grands types :

  • L’enthésopathie mécanique, due à une accumulation de contraintes exercées sur les enthèses
  • L’enthésopathie inflammatoire, qui comme son nom l’indique est la conséquence d’une pathologie inflammatoire

L’enthésopathie mécanique peut être causée par :

  • Un traumatisme, notamment un choc direct sur le tendon ou un étirement un peu trop brusque
  • Une sollicitation excessive des tendons au niveau des enthèses, due à un geste répétitif

Cette dernière explication est la plus fréquente. En effet, les personnes qui pratiquent régulièrement un sport donné, comme les sports de saut ou de lancer, imposent à leurs tendons des micro-traumatismes répétés, qui finissent par fragiliser les enthèses. C’est pourquoi les sportifs sont les plus touchés par cette pathologie : on peut notamment citer les lanceurs de javelot et joueurs de tennis, qui sont particulièrement concernés par l’enthésopathie du coude et de l’épaule. Le sport n’est pas seul en cause ; en effet, ces problèmes d’ordre mécanique peuvent aussi toucher les ouvriers de certains secteurs d’activité (bâtiment, magasiniers).

Quant à l’enthésopathie inflammatoire, il s’agit d’une conséquence d’affections inflammatoires comme la polyarthrite rhumatoïde, ou les spondylarthrites. De manière générale, toute maladie rhumatismale inflammatoire peut entraîner une enthésopathie.

Enfin, certaines personnes peuvent développer une enthésopathie à la suite d’un traitement médicamenteux. Les fluoroquinolones, qui sont des antibiotiques, ainsi que les statines, qui traitent l’hypercholestérolémie, peuvent notamment fragiliser les tendons et les enthèses.

Quels sont les symptômes de l’enthésopathie ?

Si vous souffrez d’une enthésopathie mécanique ou inflammatoire, les symptômes sont les suivants :

  • Une douleur localisée au niveau de l’enthèse concernée. Selon l’origine de votre pathologie, cette douleur va se manifester différemment : en cas d’enthésopathie inflammatoire, elle apparaît plutôt au repos, et le matin au réveil ; si le problème est mécanique, c’est à l’effort qu’elle se déclenche, lorsque vous étirez le tendon.
  • Une sensibilité de la zone lésée au toucher
  • En cas d’enthésopathie inflammatoire superficielle, un gonflement local (oedème), ainsi qu’un épaississement du tendon

Comment se déroulent les séances de rééducation ?

Si votre médecin vous a diagnostiqué une enthésopathie achiléenne, fessière ou encore rotulienne, des séances de rééducation vous seront certainement prescrites. En effet, la kinésithérapie donne de bons résultats pour le traitement des enthésopathies, grâce à plusieurs techniques visant à réduire la douleur et rééduquer le membre atteint.

Les séances commencent toujours par un bilan initial, c’est-à-dire un examen au cours duquel le kinésithérapeute évalue vos symptômes et votre état général : douleur, perte de mobilité, posture…Cela va lui permettre de mettre en place un plan de traitement adapté, comprenant des techniques efficaces et sans danger. En pratique, pendant les séances, votre kiné pourra notamment employer :

  • Des techniques de physiothérapie, comme les ultrasons ou les ondes de choc. Ces traitements, qui utilisent des appareils, sont souvent employés pour soigner les sportifs ; ils permettent à la fois de réduire les douleurs et d’accélérer la guérison
  • Des massages transversaux profonds, une technique de massage appliquée transversalement au tendon pour soulager la douleur et stimuler localement le flux sanguin
  • Des exercices d’étirements, qui vont vous permettre de retrouver une bonne souplesse

Enfin, si votre pathologie est liée à une activité sportive ou professionnelle, le rôle du kiné est aussi de vous conseiller sur les bonnes habitudes à prendre (posture, matériel, hygiène de vie) afin d’éviter les récidives.

Diminuez vos douleurs

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux de l’enthésopathie ?

Face à une enthésopathie, plusieurs options de traitement sont possibles. Le choix du traitement va notamment dépendre de la cause de votre problème, identifiée lors du diagnostic. En effet, si votre enthésopathie est d’origine inflammatoire, c’est la pathologie sous-jacente qu’il va falloir traiter dans un premier temps ; pour les enthésopathies mécaniques, la mise au repos du tendon par l’arrêt des activité en cause, est la première mesure à prendre.

Pour soulager la douleur, votre médecin pourra ensuite vous prescrire :

  • Un traitement à base d’antalgiques ou d’anti-inflammatoires
  • De la mésothérapie (micro-injections d’anti-inflammatoires non stéroïdiens)
  • Des infiltrations
  • Un traitement par ondes de choc, chez un médecin du sport ou un kinésithérapeute

Si l’on ajoute à cela une bonne rééducation, votre enthésopathie devrait très bien guérir ! Dans certains cas, votre médecin pourra vous proposer de porter une attelle et/ou des talonnettes, pour soulager votre tendon autant que faire se peut.

Le recours à la chirurgie pour une enthésopathie est très rare ; il est réservé aux formes chroniques, qui résistent aux traitements habituels.

Diagnostic et examens complémentaires

Le diagnostic d’une enthésopathie se fait en plusieurs étapes. Lors de la consultation, votre médecin vous interroge d’abord sur vos symptômes, pour identifier les signes caractéristiques de la pathologie. Ensuite, il procède à un examen clinique comprenant quelques tests, pour rechercher une douleur lors de l’étirement du tendon, à la pression, et lors de la contraction du muscle contre résistance.

Pour confirmer le diagnostic, ces éléments sont complétés par des examens d’imagerie, notamment l’échographie ; dans certains cas, on pourra aussi vous demander de passer des radiographies ou une IRM.

Laissez votre commentaire