Bursite

La bursite est l’inflammation de la bourse séreuse retrouvée au niveau des articulations. Son rôle est la limitation des frictions entre deux structures et son atteinte peut être soulagée par la kinésithérapie. En effet, la rééducation permet de diminuer la pression exercée sur la bourse inflammée.

La bursite : les causes et le traitement | Kiné du sport | Cabinet Jérôme Auger | Paris

La bursite, un motif courant de consultation

Une bursite est une pathologie qui correspond à l’inflammation d’une bourse séreuse, c’est-à-dire une petite poche remplie de liquide (le liquide synovial), qui permet de faciliter le glissement entre les tissus d’une articulation. Ces bourses sont présentes à plusieurs endroits du corps, mais toutes les articulations ne sont pas également sujettes aux bursites : les plus fréquemment touchées sont les coudes, les épaules, les genoux et les hanches. Le plus souvent, une bursite apparaît chez des personnes qui effectuent le même geste de manière fréquente et répétitive : sportifs, ou professionnels de certains secteurs d’activité. C’est donc une pathologie plutôt courante ! Heureusement, avec un traitement médical adapté et une bonne rééducation, la bursite se soigne très bien.


La bursite en quelques faits

  • Parmi les bursites les plus fréquentes se trouve la bursite de l’épaule, ou bursite sous acromiale en langage médical
  • Il existe plusieurs types de bourses séreuses : les bourses séreuses superficielles, qui se trouvent juste sous la peau, et les profondes, qui se situent sous les tendons et les muscles
  • Les personnes qui pratiquent le tennis ou le golf sont particulièrement sujets à la bursite de l’épaule
  • Les adeptes de la course à pied ou de la randonnée sont plus exposés à la bursite du tendon d’Achille

Quelles sont les causes de la bursite ?

La bursite est donc une inflammation, qui apparaît généralement dans un contexte bien précis :

  • Après une opération chirurgicale
  • En lien avec un sport ou un métier impliquant des gestes répétitifs : c’est ici la cause la plus fréquente ; en effet, les micro-traumatismes répétés subis par l’articulation finissent par provoquer une inflammation
  • Chez les personnes ayant une mauvaise posture
  • Plus rarement, en conséquence d’une infection (plaie ouverte, infection virale), d’une maladie métabolique ou d’une maladie inflammatoire

Bursite : quels sont les symptômes ?

La bursite se caractérise surtout par une douleur généralement intense, au niveau de la zone atteinte. La douleur est accentuée lorsque l’articulation est en mouvement, ou subit une pression. Elle peut s’accompagner d’autres symptômes, comme une raideur ou un gonflement, mais aussi une boiterie lorsque le problème concerne le membre inférieur.

Les bursites liées à une infection se manifestent aussi par une rougeur et une chaleur au niveau de la zone atteinte, ainsi qu’un état fébrile du patient.

Comment se déroule la rééducation suite à une bursite ?

La kinésithérapie se trouve au cœur du traitement de votre bursite. C’est le médecin qui vous prescrira un certain nombre de séances, à l’issue de son diagnostic. La rééducation vise principalement à soulager les douleurs en réduisant la pression exercée sur la bourse séreuse.

La prise en charge commence toujours par un bilan initial réalisé par le kinésithérapeute. Celui-ci consiste en un examen couplé à un interrogatoire, qui permet au kiné de mieux comprendre le contexte d’apparition de votre blessure, mais aussi vos antécédents, et vos facteurs favorisants. Pendant cet examen, il s’attardera notamment sur votre posture, et les articulations adjacentes à celle touchée par la bursite. Tous ces éléments vont lui permettre d’identifier le problème de fond sur lequel il faudra travailler, et d’établir un programme de soins adapté.

En pratique, les soins réalisés par le kinésithérapeute comprennent :

  • Des techniques de physiothérapie (électrothérapie, ultrasons), qui utilisent des appareils et visent à réduire la douleur et l’inflammation
  • Des exercices pour développer votre force musculaire et votre souplesse, afin de retrouver une bonne mobilité de l’articulation lésée

Il vous délivrera également des conseils sur les bonnes habitudes à prendre, et les gestes à éviter ou corriger dans votre pratique sportive ou professionnelle. En effet, ces quelques modifications vont favoriser votre guérison à long terme, et permettre d’éviter les récidives.

En complément d’un traitement médical adapté, la rééducation donne de très bons résultats contre les bursites.

Diminuez vos douleurs

Pour aller plus loin…

Quels traitements médicaux et chirurgicaux pour une bursite ?

Votre médecin vous a diagnostiqué une bursite ? Pas de panique ! Ces affections se soignent très bien. Le traitement commence d’abord par une période de repos, le temps que les douleurs diminuent. Pour les soulager, le médecin vous recommandera sans doute d’appliquer de la glace plusieurs fois par jour, ce qui permet aussi de lutter contre le gonflement. Des médicaments contre la douleur (antalgiques ou anti-inflammatoires non stéroïdiens) peuvent être utilisés si besoin.

Dès que la douleur a suffisamment diminué, il est crucial de remettre l’articulation en mouvement. En effet, une immobilisation trop longue favorise les raideurs, ce qui n’est pas souhaitable ; d’où l’importance de la kinésithérapie.

Il est très rare d’avoir recours à la chirurgie pour soigner une bursite. L’opération n’est envisagée que dans des cas bien particuliers de bursites rebelles, qui résistent aux traitements classiques. Si elle a lieu, l’intervention consiste à retirer ou exciser la bourse séreuse (on parle de bursectomie).

Diagnostic et examens complémentaires

L’interrogatoire et l’examen clinique réalisés par le médecin constituent la base du diagnostic. Le gonflement, la douleur et éventuellement la rougeur, font partie des signes évocateurs d’une bursite. Cependant, comme ces symptômes ne sont pas spécifiques, des examens complémentaires vous seront probablement demandés (analyse sanguine ou IRM). Le diagnostic d’une bursite peut parfois mettre sur la piste d’une infection, ou d’une maladie inflammatoire comme la polyarthrite rhumatoïde ; auquel cas, un traitement spécifique devra être suivi.

Laissez votre commentaire