Fracture de l’avant-bras

Les fractures de l’avant-bras sont des accidents fréquents, généralement causés par une chute sur la main ou l’avant-bras. En général, elles s’accompagnent de lésions du coude ou du poignet, et se traitent chirurgicalement avant une longue rééducation.

Fracture de l’avant-bras | Institut de kinésithérapie - Paris

La fracture de l’avant-bras, une blessure courante

Très exposé aux chutes et autres traumatismes, l’avant-bras peut être le siège d’un certain nombre de fractures, que ce soit au niveau de l’ulna, du radius, ou de ces deux os simultanément. Un traitement conservateur ou chirurgical, suivi d’une bonne rééducation, permet de traiter efficacement ces lésions.


Quelques faits et chiffres sur les fractures de l’avant-bras

  • 25% des fractures de l’avant-bras sont des fractures du radius, et 20% sont des fractures de l’ulna
  • Les fractures de l’avant-bras sont les plus courantes chez l’enfant (elles représentent 20 à 35% du total des fractures)

Pourquoi ai-je une fracture de l’avant-bras ?

Les fractures de l’avant-bras résultent toujours d’un choc violent. Le plus souvent, les personnes concernées font une mauvaise chute sur l’avant-bras ou sur la main, ce qui conduit à la cassure du radius et/ou de l’ulna. Une chute amortie sur la main est toujours une mauvaise idée ; en effet, tout le poids du corps repose sur les avant-bras, ce qui dépasse la capacité de ce que les os peuvent supporter.

Quels sont les symptômes d’une fracture de l’avant-bras ?

La fracture de l’avant-bras se manifeste d’abord par une douleur intense, conséquence directe du traumatisme. Un hématome ne tarde pas à se former au niveau de la lésion.

Dans certains cas, le bras et la main “sortent” de leur emplacement habituel ; on parle alors de fracture déplacée. Il arrive aussi que la fracture soit ouverte, et endommage les tissus mous et la peau. Les fractures ouvertes nécessitent un soin tout particulier, en raison du risque d’infection. Enfin, l’impotence fonctionnelle de l’avant-bras est totale.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

La rééducation est un aspect indispensable du traitement des fractures de l’avant-bras. En général, elle s’étend sur 4 à 6 mois, le temps de retrouver de bonnes capacités fonctionnelles.

Le traitement kinésithérapique est toujours divisé en deux temps :

  • Dans un premier temps, qui correspond à la phase non consolidée de la lésion, l’objectif est surtout de diminuer les douleurs et les autres symptômes (oedème, hématome). Les amplitudes articulaires doivent aussi être surveillées et maintenues. A ce stade de la rééducation, les principales techniques employées sont les massages décontracturants, le drainage lymphatique manuel, les mobilisations passives et actives des zones non douloureuses, et le travail fonctionnel du coude
  • Au bout de 2 mois, si les radiographies confirment la consolidation de la fracture, la deuxième phase de la rééducation peut commencer. L’objectif est alors de restaurer les amplitudes articulaires, de récupérer la force perdue, et de reprendre toutes les activités, notamment sportives. Pour y parvenir, le patient effectue des exercices musculaires, des techniques de gain d’amplitude et un travail fonctionnel, complétés par une préparation physique adaptée.

Diminuez vos douleurs

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux d’une fracture de l’avant-bras ?

Le traitement est soit orthopédique, en cas de fracture simple et non déplacée, soit chirurgical, pour tous les cas plus complexes. Le geste chirurgical est une ostéosynthèse, une intervention qui consiste à souder l’os fracturé grâce à des dispositifs métalliques. Chez l’enfant, le traitement orthopédique est toujours privilégié.

Diagnostic et examens complémentaires

L’examen clinique permet d’emblée d’orienter le diagnostic : le patient se présente avec l’attitude des traumatisés du membre supérieur, et son avant-bras apparaît raccourci, avec une angulation anormale. L’inspection du patient doit toujours repérer les éventuels signes de complications : fracture ouverte, lésions vasculaires et/ou nerveuses.

Si le patient est un enfant, l’os n’est généralement pas rompu mais plié : on parle de fracture en bois vert.

Des radiographies sont toujours prescrites pour préciser et confirmer le diagnostic. Elles englobent toujours les articulations (poignet et coude) rarement épargnées par la chute ou le traumatisme. Dans la grande majorité des cas, la fracture concerne les deux os, radius et ulna ; les fractures isolées de l’un ou de l’autre sont plus rares.

Laissez votre commentaire