Tendinopathie du moyen fessier

Parfois appelée tendinopathie de la hanche, la tendinopathie du moyen fessier est une pathologie relativement courante, qui se traite aisément grâce aux séances de kinésithérapie.

Généralités

La tendinopathie du moyen fessier désigne une inflammation du tendon du muscle moyen fessier, qui s’insère en haut du fémur. Cette pathologie fait souvent suite à une surutilisation du muscle, en lien avec un mouvement répétitif ou une position inadéquate.

Le moyen fessier est un muscle d’une grande importance : en effet, il est essentiel à la stabilité du bassin, et indispensable à la marche. Bénigne, la tendinopathie de la hanche n’en est pas moins très gênante au quotidien, en raison de la sollicitation quasi permanente du tendon touché.


Quelques chiffres et faits sur la tendinite du moyen fessier

  • Cette pathologie peut concerner tous les patients, sportifs ou non
  • Toutefois, les femmes de 40 à 60 ans sont plus touchées que le reste de la population
  • Chez la femme ménopausée, la prévalence de cette tendinopathie est d’environ 2 sur 1000

Pourquoi ai-je une tendinopathie du moyen fessier ?

La sur-utilisation de la hanche est le mécanisme le plus fréquent à l’origine de la tendinopathie. En général, celle-ci est liée à la répétition d’un mouvement inadapté, dans le cadre d’une activité physique comme la course à pied.

Toutefois, les sportifs et les sportives ne sont pas seuls concernés par cette la tendinopathie du moyen fessier, qui est également favorisée par :

  • L’arthrose de la hanche
  • Les anomalies anatomiques de la hanche
  • Le surpoids
  • Les modifications hormonales (notamment à la ménopause)

Enfin, comme pour toute pathologie tendineuse, le tabagisme, la déshydratation et une mauvaise alimentation peuvent favoriser sa survenue.

Quels sont les symptômes de la tendinopathie du moyen fessier ?

La douleur est le principal symptôme de la tendinopathie de la hanche. Cette douleur est localisée au niveau de la face externe et postérieure de la fesse, et peut irradier jusqu’en haut de la cuisse. Elle rend la marche difficile, et les montées d’escalier d’autant plus ; en revanche, les descentes ne sont généralement pas douloureuses. La plupart des patients ressentent également une douleur lors de la station debout, car le muscle et le tendon sont sollicités.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

Les séances de kinésithérapie sont un élément clé du traitement de la tendinopathie de la hanche, et de la prévention des récidives. Elles poursuivent plusieurs objectifs, d’importance variable en fonction du patient :

  • Réduction de la douleur
  • Renforcement musculaire
  • Réadaptation aux activités sportives

Pour y parvenir, le traitement repose sur l’association de plusieurs techniques :

  • Massages des muscles des cuisses et des muscles fessiers
  • Massage transversal profond
  • Physiothérapie à visée antalgique
  • Renforcement musculaire excentrique
  • Exercices spécifiques de réadaptation sportive, en fonction de l’activité du patient

Enfin, le rôle du kinésithérapeute est aussi de conseiller le patient sur son équipement sportif et ses habitudes d’entraînement. En effet, certains éléments de routine sportive doivent parfois être ajustés pour prévenir les douleurs de la hanche, et les récidives de la tendinopathie.

Commencez votre rééducation aujourd’hui

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux de la tendinopathie du moyen fessier ?

Le premier objectif du traitement est de diminuer la douleur, souvent invalidante au quotidien. Le traitement initial de la tendinopathie de la hanche repose sur les éléments suivants :

  • Repos sportif et évitement des mouvements douloureux
  • Application de glace sur la zone douloureuse, plusieurs fois par jour
  • Prise d’anti-inflammatoires et ou d’antalgiques, sur prescription médicale
  • Dans le cas où les douleurs persistent, infiltrations de corticoïdes

Ces quelques interventions complétées par une rééducation bien menée suffisent généralement à venir à bout de la pathologie. La chirurgie est rarement indiquée pour une tendinopathie, et seulement dans le cas où le traitement de première intention est un échec.

Diagnostic et examens complémentaires

Pour diagnostiquer une tendinopathie de la hanche, le médecin procède d’abord à un examen clinique de la zone douloureuse, qui comporte une palpation ainsi que des mises en tension des muscles de la hanche. L’examen ne se limite pas à la hanche : en effet, le médecin doit aussi inspecter le rachis lombaire (partie de la colonne vertébrale correspondant au bas du dos) pour détecter une éventuelle arthrose de la hanche ou une sciatique, qui peuvent entraîner des symptômes similaires.

Dans certains cas, le médecin peut prescrire des examens d’imagerie complémentaires (IRM et échographie) afin de visualiser les tendons atteints.

Laissez votre commentaire