Arthrose du genou

L’arthrose du genou ou gonarthrose est fréquente et souvent bilatérale. Sa douleur est mécanique, aggravée par les mouvements et soulagée par le repos .La kinésithérapie constitue un volet essentiel de la prise en charge car elle restore la mobilité articulaire et renforce la musculature.

Arthrose du genou : causes et traitements | Kinésithérapie | Cabinet Jérôme Auger | Paris

L’arthrose du genou, une problématique fréquente en consultation

Avec la hanche, le genou est la localisation d’arthrose la plus fréquente ; on parle aussi de gonarthrose pour désigner cette pathologie. La fréquence de l’arthrose du genou s’explique assez facilement. En effet, de par sa localisation, le genou est particulièrement sujet aux contraintes et traumatismes divers, à commencer par la contrainte du poids du corps. Cela explique que cette articulation soit si vulnérable. L’arthrose du genou n’est pourtant pas une fatalité. Si la dégénérescence du cartilage est irréversible, il existe un certain nombre d’options thérapeutiques pour limiter les douleurs et conserver son autonomie. En particulier, la kinésithérapie se trouve au cœur de cette prise en charge.


L’arthrose du genou en France en quelques chiffres

  • L’arthrose est une pathologie qui se définit par l’usure des cartilages articulaires
  • Elle touche surtout les personnes de plus de 65 ans ; en effet, son incidence dans cette tranche d’âge est de 65%
  • L’arthrose du genou à elle seule concerne 30% des personnes de 65 à 75 ans
  • Sa fréquence dans la population est trois fois supérieure à celle de l’arthrose de la hanche

Pourquoi ai-je une gonarthrose ?

L’arthrose du genou peut être causée ou favorisée par un certain nombre d’éléments :

  • Le vieillissement
  • Une prédisposition génétique
  • Des contraintes excessives exercées sur le genou (surpoids, port régulier de charges lourdes)
  • Le surmenage de l’articulation, qui se rencontre fréquemment dans le sport (notamment au football) ou dans certains métiers
  • Des antécédents de pathologies et traumatismes du genou (instabilité rotulienne, luxation, lésion méniscale, entorse, fracture…)

Enfin, la gonarthrose peut aussi être secondaire à une maladie des articulations : polyarthrite rhumatoïde, arthrite infectieuse…Les troubles métaboliques comme la goutte et le diabète sont un autre facteur de risque.

Quels sont les principaux symptômes de l’arthrose du genou ?

L’arthrose du genou provoque plusieurs symptômes, les plus fréquents étant :

  • Une douleur mécanique du genou, c’est-à-dire déclenchée ou accentuée lorsque l’articulation est sollicitée, et soulagée par le repos
  • Un enraidissement du genou, plus marqué le matin au réveil
  • Un gonflement voire une déformation de l’articulation

Selon la zone articulaire touchée par l’arthrose, la localisation exacte des douleurs peut varier d’une personne à l’autre.

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie en cas de gonarthrose ?

La rééducation est un pilier du traitement de l’arthrose du genou et de toutes les formes d’arthrose. Une prise en charge kinésithérapique adaptée peut aussi dépister, prévenir et ralentir la pathologie.

Les bienfaits et objectifs de la kinésithérapie sont nombreux. Elle permet notamment :

  • De soulager efficacement les douleurs grâce à des massages, exercices et mouvements divers, dont certains pourront être reproduits par le patient à son domicile
  • D’entretenir la mobilité et l’amplitude articulaire du genou
  • De stimuler et renforcer les quadriceps et les muscles stabilisateurs du genou, ce qui va permettre d’améliorer la stabilité de l’articulation et de prévenir les déformations
  • De travailler l’équilibre
  • D’améliorer l’aisance lors de la marche, grâce à des exercices spécifiques

Les exercices pratiqués pendant les séances et en dehors ont aussi l’avantage de maintenir les patients en mouvement ; or, le maintien d’une activité physique régulière est fortement recommandé en cas d’arthrose.

Diminuez vos douleurs

Pour aller plus loin…

Quel traitement pour une arthrose du genou ?

L’usure du cartilage est un phénomène irréversible ; il n’existe aucun médicament ou traitement permettant de l’inverser. Les médecins peuvent cependant avoir recours aux traitements suivants pour soulager la douleur et les autres symptômes :

  • Antalgiques ou anti-inflammatoires non stéroïdiens (permettent d’atténuer la douleur pendant les poussées inflammatoires et les crises)
  • Infiltrations locales de corticoïdes
  • Injections d’acide hyaluronique

En plus de ces différentes mesures pharmacologiques, la kinésithérapie apporte un complément indispensable, puisqu’elle permet d’améliorer la stabilité et la souplesse du genou. Des adaptations de l’hygiène de vie et des habitudes sont souvent recommandées aux patients atteints d’arthrose : notamment la pratique d’une activité physique douce (type marche, vélo ou natation) et la perte de poids pour les personnes qui en ont besoin.

Dans certains cas, une correction orthopédique peut être proposée. Il s’agit d’une attelle, d’une genouillère ou de semelles orthopédiques, ayant pour objectif un soulagement du genou par réduction des chocs et des contraintes.

La chirurgie est une option de dernier recours, qui n’est indiquée que dans les cas particulièrement graves, ou lorsque les mesures énoncées plus haut n’entraînent pas d’amélioration des symptômes.

Comment le diagnostic d’arthrose du genou est-il posé ?

Les symptômes sont assez évocateurs pour orienter le diagnostic dès l’examen clinique et l’interrogatoire du patient, lors de la première consultation médicale. Cependant, des examens d’imagerie sont nécessaires pour le confirmer. L’examen de référence en cas d’arthrose est la radiographie, qui permet de visualiser le pincement articulaire, les excroissances osseuses et d’autres signes caractéristiques de la pathologie. Ces radiographies sont ensuite effectuées régulièrement, pour surveiller l’évolution de la gonarthrose.

Laissez votre commentaire