Lésion méniscale

Le ménisque, fibro-cartilage retrouvé au niveau d’articulations comme le genou, assure un rôle d’amortissement et de stabilité. Toute lésion méniscale ( traumatique ou dégénrative) doit être prise en charge par la rééducation.

Lésion méniscale : causes et traitements | Kinésithérapie | Cabinet Jérôme Auger | Paris

La lésion méniscale, une blessure fréquente

A l’intérieur de l’articulation du genou se trouvent deux fibro-cartilages, les ménisques. Ceux-ci sont indispensables à la stabilité du genou, ce qui explique que toute lésion à leur endroit doit bénéficier d’un traitement et d’une rééducation bien menée. Les lésions méniscales sont courantes, elles font partie des motifs de consultation les plus fréquents liés aux genoux. Heureusement, ces pathologies se soignent très bien.


Les lésions méniscales en quelques faits et chiffres

  • Les hommes sportifs âgés de 30 ans environ, sont les plus concernés par ce type de blessure
  • Trois quarts des lésions méniscales sont d’origine traumatique
  • Parmi les sports les plus à risque, on peut citer le football, le basketball et le ski

Quelles sont les causes d’une lésion méniscale ?

Le plus souvent, c’est un accident sportif qui cause la lésion méniscale. De manière assez évidente, les disciplines qui sollicitent beaucoup les genoux sont plus à risque. En dehors du sport, certains métiers sont aussi particulièrement exposés aux blessures du genou, lésions méniscales y compris. C’est le cas dans les professions qui impliquent un temps important passé en position accroupie : carreleurs, poseurs de parquet, électriciens…

D’un point de vue mécanique, c’est un mouvement de torsion brusque ou d’hyperflexion du genou, qu’on retrouve le plus souvent à l’origine de ces lésions.

La lésion méniscale peut aussi être d’origine dégénérative, mais cela reste rare. Le plus souvent, cette problématique concerne des hommes, avec un terrain arthrosique. Aussi, il est bon de savoir que certaines malformations du genou peuvent favoriser les blessures. Parfois, ces anomalies se manifestent dans l’enfance ; dans d’autres cas, elles peuvent rester silencieuses assez longtemps, et sont alors découvertes au moment de la blessure.

Quels symptômes en cas de lésion du ménisque ?

En fonction de la gravité de la lésion, les symptômes peuvent beaucoup varier. De manière générale, la douleur est le principal symptôme, qui pousse les personnes à consulter. Il s’agit d’une douleur intense, ressentie au niveau du genou après une torsion, ou lors d’un relèvement un peu brusque après un temps passé au sol.

Elle s’accompagne souvent d’autres signes invalidants :

  • Un blocage du genou en flexion ou en extension
  • Un épanchement synovial
  • Un gonflement du genou
  • Un blocage du genou en flexion ou en extension
  • Une impotence fonctionnelle totale, avec appui impossible sur la jambe lésée
  • Une instabilité du genou, qui se dérobe spontanément lors de mouvements comme les descentes d’escalier, ou la marche sur un terrain accidenté
  • Des épisodes de gonflement et d’inflammation

Ces différents symptômes entraînent une peur de bouger le genou, les patients craignant de provoquer un blocage.

Comment se déroule la rééducation après une lésion méniscale ?

La rééducation est une étape indispensable à la guérison de votre genou, que celui-ci ait été opéré ou non. Les séances de kinésithérapie prescrites par votre médecin vont vous permettre d’entretenir et améliorer la musculature du genou et du membre inférieur, tout en améliorant la stabilité du genou.

Les objectifs thérapeutiques sont multiples :

  • Soulager la douleur, et les symptômes d’inflammation post-opératoire
  • Renforcer la musculature
  • Retrouver une marche normale et sans douleur

Pour ce faire, votre kinésithérapeute établit un programme de soins personnalisé, en fonction des caractéristiques de votre pathologie et de vos objectifs. En effet, en fonction du métier, des sports pratiqués et de l’âge de la personne, la rééducation peut poursuivre des buts différents. Après une première séances consacrée au bilan initial, la rééducation proprement dite peut commencer, avec des techniques comme :

  • Les massages à visée circulatoire et proprioceptive
  • La cryothérapie
  • L’électrothérapie
  • Le drainage lymphatique manuel
  • Les mobilisations passives et actives du genou
  • Le renforcement musculaire (quadriceps et ischio-jambiers principalement)
  • La rééducation à la marche grâce à des exercices ciblés : marche dans les différentes directions, dans les escaliers, transfert d’appui…

Le rôle du kinésithérapeute est aussi d’accompagner les sportifs et athlètes vers une reprise de leur activité ; l’objectif étant de retrouver les performances d’avant la blessure, tout en prenant en compte le risque induit par celle-ci.

Quel traitement en cas de lésion du ménisque ?

Il existe deux options de traitement : fonctionnel ou chirurgical. Le premier est généralement indiqué chez des patients plutôt sédentaires, pour qui la chirurgie n’aurait pas un grand intérêt. Souvent, il s’agit de patients ayant des lésions méniscales dégénératives, liées à une arthrose du genou. Pour les aider à soulager la douleur, des médicaments sont souvent prescrits (antalgiques ou AINS). Une attelle amovible permet quant à elle de décharger le genou, et donc de limiter les contraintes exercées sur les ménisques. En complément de ces mesures, les séances de kinésithérapie permettent de regagner en mobilité et en autonomie.

Le traitement chirurgical est plutôt indiqué chez les patients actifs et sportifs, pour qui la lésion méniscale représente une gêne fonctionnelle importante. En cas de lésions associées du ligament croisé antérieur du genou (LCA), la chirurgie est aussi indiquée.

Pendant un certain temps, la chirurgie était le traitement de référence en cas de lésion du ménisque. Aujourd’hui, les médecins sont plus prudents sur le choix de cette option, qui n’est envisagée en première intention que lorsque la lésion est localisée dans une zone non vascularisée du ménisque.

Dans tous les cas, une rééducation du genou a toujours lieu en post-opératoire. Elle commence dès le lendemain de l’opération, et dure généralement plusieurs mois.

Diagnostic et examens pour une lésion méniscale

L’examen clinique du genou est la première étape du diagnostic. Il comporte une série de tests permettant d’évaluer l’état des ménisques et la douleur ressentie ; l’interrogatoire du patient vient compléter les éléments recueillis.

Des examens d’imagerie sont souvent demandés pour confirmer et préciser le diagnostic clinique. Il s’agit principalement :

  • De radiographies, pour éliminer d’autres lésions (notamment fractures et arrachement osseux)
  • D’une IRM, l’examen de référence pour diagnostiquer une lésion méniscale et identifier les lésions associées

L’arthroscanner est parfois indiqué ; il faut savoir que cet examen est à la fois invasif et coûteux.

Je commence la kiné maintenant !

Pour aller plus loin…

Quels sont les traitements médicaux et chirurgicaux d’une lésion méniscale ?

Face à une lésion des ménisques, le traitement est soit fonctionnel, soit chirurgical.

Le traitement fonctionnel est indiqué chez les patients peu actifs, qui n’ont pas de raison particulière de subir une chirurgie. En général, ces patients sont ceux qui présentent des lésions méniscales dégénératives associées à l’arthrose du genou. Ce traitement associe :

  • Des antalgiques
  • Des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)
  • Une attelle amovible, qui permet de décharger le genou et de réduire les contraintes exercées sur le ménisque
  • Des séances de kinésithérapie / physiothérapie

Quant au traitement chirurgical, il est généralement indiqué chez les adultes actifs et sportifs, qui ressentent une gêne fonctionnelle importante. Il est également indiqué en cas de lésions associées du ligament croisé antérieur du genou.

Pendant longtemps, le traitement chirurgical était dominant dans la prise en charge des lésions méniscales. Aujourd’hui, cette option est choisie avec plus de prudence ; la chirurgie est choisie en première intention lorsque la lésion se situe dans la zone non vascularisée du ménisque. Dès le lendemain de l’opération, une rééducation a lieu ; celle-ci s’étend généralement sur 4 mois, entre la date de l’opération elle-même et la reprise des activités sportives.

diagnostic et examens complémentaires

Le diagnostic repose sur un examen clinique du genou, et tout un ensemble de tests permettant d’évaluer l’état des ménisques. Ces éléments sont confirmés et précisés avec des examens d’imagerie :

  • Des radiographies, qui ne permettent pas de visualiser les ménisques mais sont utilisées pour éliminer d’éventuelles autres lésions (fracture du genou ou du plateau tibial, arrachement osseux, arthrose, corps étranger…)
  • Une IRM, qui est l’examen de référence en cas de lésion méniscale, permettant un diagnostic fiable. Elle permet en outre de préciser les lésions associées
  • Enfin, l’arthroscanner est parfois utilisé ; mais il s’agit d’un examen coûteux et invasif

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide