Sport et kinésithérapie

Posté par Jérôme Auger

21 octobre 2022

J’ai mal à la jambe lorsque je cours : comment savoir s’il s’agit d’une périostite tibiale ?

Douleurs à la jambe durant la course : est-ce une périostite tibiale ? | Jérôme Auger | Paris

Si vous ressentez des douleurs à la jambe lors de vos séances de course à pied, il s’agit peut-être d’une périostite tibiale. Cette affection plutôt courante correspond à une inflammation du périoste, la membrane qui entoure le tibia. Elle se traite en quelques semaines grâce à des séances de kinésithérapie.

Symptômes d’une douleur à la jambe durant la course

De nombreux sports, en particulier la course à pied, sont pourvoyeurs de douleurs et blessures de la jambe. Ces douleurs peuvent correspondre à différentes pathologies, qui font suite à un traumatisme ou à un entraînement trop intense.

Douleur à la jambe : quelles pathologies ?

Les douleurs de la jambe lors de la course peuvent être causées par les troubles et pathologies suivants :

  • Lésions musculaires bénignes (courbatures, crampes, élongation)
  • Lésions musculaires plus graves (déchirure musculaire ou claquage)
  • Insuffisance veineuse
  • Périostite tibiale
  • Syndrome des loges

La périostite tibiale est fréquente, chez les sportifs de tous niveaux. Cette inflammation du périoste (membrane entourant le tibia) fait généralement suite à un surmenage de la jambe, dans le cadre d’un effort répété et intense de marche ou de course. Le syndrome des loges est plus rare, et s’observe quasi exclusivement chez des sportifs de haut niveau. Il est causé par un gonflement excessif du muscle, qui augmente la pression au niveau de sa loge et entraîne de fortes douleurs.

Les principaux symptômes

Lorsqu’un sportif ressent des douleurs à la jambe pendant la course, celles-ci peuvent être unilatérales ou bilatérales, c’est-à-dire concerner une jambe ou les deux en même temps. La localisation de la douleur peut également varier : elle peut se manifester au niveau du mollet, donc à l’arrière de la jambe ; ou au niveau du tibia, à l’avant. Certaines douleurs sont très localisées, tandis que d’autres sont plus diffuses.

En cas de traumatisme, la douleur apparaît brutalement, après le choc. Elle s’accompagne d’autres symptômes comme un gonflement de la jambe et un saignement (hématome). D’autres pathologies se manifestent par des douleurs d’apparition progressive, ce qui est généralement le signe d’un surmenage sportif.

Comment savoir s’il s’agit d’une périostite tibiale ?

Si vous ressentez une douleur intense au tibia pendant la marche ou la course, cela constitue déjà un signe de périostite tibiale. Ces douleurs sont mécaniques, ce qui signifie qu’elles sont déclenchées par le mouvement, et qu’elles disparaissent au repos. Les mouvements du pied peuvent également déclencher les symptômes de la périostite.

Les patients atteints de périostite tibiale constatent généralement un gonflement de la jambe, au niveau de la zone douloureuse. Lors de la consultation médicale, des maux de jambes sont provoqués par la palpation.

L’examen clinique est généralement suffisant pour diagnostiquer cette pathologie. En effet, la palpation met en évidence des douleurs, ainsi que la présence de nodules. Le médecin recherche aussi d’autres signes au niveau du pied, notamment une mauvaise utilisation de l’avant-pied au moment de la propulsion. Des examens complémentaires (radiographies, IRM) peuvent être prescrits en cas de doute sur le diagnostic.

Traitement de la périostite tibiale

En cas de périostite tibiale, la première étape du traitement consiste à éliminer les activités responsables de la douleur, pendant 2 à 6 semaines. La durée et les modalités de cette mise au repos sont communiqués par le médecin ou le kinésithérapeute. Dans certains cas, un repos strict est nécessaire ; chez d’autres patients, l’activité sportive peut être réduite ou adaptée.

En parallèle, des séances de kinésithérapie sont prescrites. Dans un premier temps, l’objectif de cette rééducation est la réduction des douleurs, grâce à des techniques comme les massages et les ultrasons. Dans un deuxième temps, le patient est accompagné vers la reprise de l’activité sportive, grâce à un renforcement musculaire du membre inférieur.

Dans certains cas, les patients doivent consulter un podologue pour réaliser des semelles orthopédiques adaptées. En effet, la périostite tibiale peut être causée ou accentuée par une anomalie morpho-statique du pied.

Laissez votre commentaire