Sport et kinésithérapie

Posté par Jérôme Auger

04 février 2022

La douleur de la hanche : symptômes, diagnostic et traitement

Douleur à la hanche : quels symptomes et traitements | Jérôme Auger | Paris

Votre hanche vous fait souffrir ? Ces douleurs ne sont malheureusement pas rares, avec de nombreuses causes possibles : traumatisme, luxation, arthrose, tendinite, pincement nerveux, maladie inflammatoire…pour connaître l’origine de vos douleurs, et recevoir un traitement adapté, la consultation médicale est indispensable !

Douleur à la hanche : quels sont les symptômes ?

En fonction de la pathologie en cause, vos douleurs ne vont ni se manifester de la même manière, ni s’accompagner des mêmes symptômes.

Arthrose de la hanche

Par exemple, l’arthrose de la hanche ou coxarthrose, qui est la première cause de douleur de la hanche chez les seniors, se caractérise par des douleurs pendant la marche, les montées d’escalier, et tout autre effort sollicitant l’articulation. Au repos, la douleur diminue. Un autre signe caractéristique de l’arthrose est la raideur matinale, qui nécessite un “dérouillage”, et qui s’atténue au fil de la journée.

Tendinite de la hanche

La tendinite de la hanche concerne quant à elle les tendons fessiers, qui se situent sur la face latérale de la cuisse. Là encore, la douleur se manifeste pendant l’effort uniquement, c’est-à-dire la marche. Les patients atteints de tendinite de la hanche, qui sont généralement des femmes entre 40 et 60 ans, éprouvent des difficultés à monter les escaliers, mais la descente est moins pénible.

Traumatisme

En cas de blessure traumatique, comme une luxation de la hanche ou une fracture, les douleurs sont généralement intenses, entraînant une impotence fonctionnelle totale ; le membre atteint peut aussi sembler raccourci. En cas de facture, on remarque généralement d’autres symptômes, comme un gonflement et une ecchymose.

La luxation de la hanche correspond au déboîtement de la tête du fémur, qui sort de la cavité du bassin dans laquelle elle est insérée en temps normal. C’est une blessure grave, qui empêche d’utiliser le membre atteint. Elle ne doit pas être confondue avec la luxation congénitale de la hanche, une anomalie qui apparaît à la naissance chez environ 6 nourrissons sur 1000. Celle-ci est diagnostiquée et traitée dans les premiers mois de la vie.

Polyarthrite rhumatoïde

Si votre douleur à la hanche est causée par une maladie inflammatoire des articulations (polyarthrite rhumatoïde), elle évolue par poussées, c’est-à-dire par crises douloureuses. La hanche n’est pas la seule articulation douloureuse ; il s’agit d’une maladie chronique qui nécessite un traitement sur le long terme.

Douleur référée

Enfin, sachez que toute les douleurs de la hanche ne viennent pas de la hanche elle-même ! En effet, il s’agit dans certains cas d’une douleur référée, souvent causée par une affection au niveau des vertèbres lombaires.

Nous avons mentionné ici les causes les plus fréquentes de douleur à la hanche ; mais cette liste n’est pas exhaustive! Ce symptôme peut aussi venir d’une infection, d’un phénomène mécanique de l’articulation sacro-iliaque, ou encore d’un rhume de hanche, une inflammation qu’on rencontre surtout chez l’enfant de 3 à 10 ans.

Diagnostic d’une douleur de la hanche

Dans la majorité des cas, surtout après 50 ans, c’est l’arthrose qui est responsable des douleurs de la hanche. Pourtant, les autres pathologies ne doivent pas être écartées, chacune devant faire l’objet d’un traitement bien spécifique.

C’est pourquoi il est important de consulter un médecin dès que possible, pour poser un diagnostic précis.

La première étape du diagnostic se fait pendant la consultation. Il s’agit tout simplement d’un examen clinique de la hanche, complété par une anamnèse, c’est-à-dire un interrogatoire permettant de mieux comprendre vos symptômes. L’interrogatoire permet surtout de caractériser et localiser votre douleur, et de connaître ses circonstances d’apparition. En général, le médecin examine aussi votre manière de marcher, à la recherche d’un déséquilibre ou d’une boiterie. L’examen comporte une palpation des principaux muscles et tendons, pour dépister une tendinopathie.

Face à une douleur de la hanche, la consultation est rarement suffisante. En général, les médecins font effectuer des examens complémentaires, pour confirmer et préciser le diagnostic. Il peut s’agir de radiographies, d’une IRM, mais aussi d’un bilan sanguin. L’IRM est l’examen de référence pour visualiser toute la structure osseuse du bassin et des hanches ; elle permet d’établir un diagnostic différentiel, et de visualiser les muscles et tendons.

Dans certains cas, une consultation chez un rhumatologue peut être nécessaire.

Quel traitement pour une douleur de la hanche ?

Là encore, cette question n’admet pas de réponse standard ; le traitement dépend de la cause de votre douleur, identifiée au diagnostic.

Fracture de la hanche : traitement chirurgical et rééducation

Les personnes ayant subi une fracture de la hanche sont généralement opérées, ce qui permet de réparer l’articulation, voire de la remplacer si son état le justifie.

Les avantages de la chirurgie pour une fracture du col du fémur ou une fracture intertrochantérienne sont nombreux. En effet, l’opération permet de réduire la durée de l’alitement, et d’éviter les risques liés à une immobilisation prolongée. Dès 48h après l’opération, les patients peuvent commencer à marcher à l’aide d’un déambulateur.

Bien sûr, la chirurgie de la hanche doit être suivie de séances de kinésithérapie, pour retrouver des capacités fonctionnelles optimales. La rééducation commence aussi tôt que possible en post-opératoire.

Luxation de la hanche : réduction manuelle, chirurgie et rééducation

La luxation de la hanche se traite également en deux étapes :

  • Dans un premier temps, le déboîtement est réduit manuellement par le médecin, dans les heures qui suivent le traumatisme. Si un fragment osseux empêche la réduction manuelle, une opération chirurgicale est nécessaire
  • Dans un deuxième temps, la rééducation peut commencer, menée par un kinésithérapeute expert de la hanche. Cette rééducation permet de lutter contre l’atrophie musculaire et la raideur articulaire, puis de retrouver une mobilité normale de la hanche.

Mouvement et kinésithérapie pour lutter contre l’arthrose de la hanche

L’arthrose de la hanche est une maladie irréversible, qui correspond à l’usure progressive du cartilage de l’articulation. S’il est impossible de la traiter, on peut néanmoins en retarder l’évolution, et diminuer les douleurs en fréquence et en intensité. Cela se fait grâce à plusieurs mesures d’hygiène de vie, complétées par des séances de kinésithérapie.

Pour gérer la coxarthrose au quotidien, la pratique d’une activité physique modérée et régulière a toute son utilité. Si nécessaire, votre médecin pourra aussi vous recommander de perdre du poids, de porter une canne, et de prendre ponctuellement du paracétamol pour soulager la douleur.

La kinésithérapie a toute sa place dans la prise en charge de l’arthrose. Grâce à un programme d’exercices complet et personnalisé, vous apprenez à maintenir votre hanche dans une bonne position, à entretenir votre musculature, et bien sûr à améliorer la mobilité de l’articulation. L’accompagnement du kinésithérapeute est nécessaire au début ; ensuite, les patients peuvent poursuivre le programme à domicile, pour entretenir les bienfaits des séances.

Tendinite de la hanche : traitement médical et kinésithérapie

Votre médecin vous a diagnostiqué une tendinite du moyen fessier ? Pas de panique, cela se soigne très bien, et sans chirurgie dans la grande majorité des cas.

Le premier objectif est de diminuer la douleur et l’inflammation. Pour ce faire, les médecins prescrivent généralement des antalgiques et des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Mais la première chose à faire pour traiter votre tendinite est de mettre l’articulation au repos ! Non pas une immobilisation totale ; mais simplement l’arrêt temporaire des activités qui provoquent la douleur (comme le sport).

Dans un deuxième temps, une fois le pic de douleur passé, les séances de kinésithérapie peuvent commencer. Un des principaux objectifs de la rééducation est d’étirer et renforcer les muscles fessiers, afin de soulager le tendon. Cette prise en charge donne généralement de très bons résultats !

Si les douleurs persistent, un traitement plus fort peut être envisagé, par infiltrations de corticoïdes. Une autre piste à explorer pour corriger la tendinite de la hanche est le déséquilibre des appuis ; celui-ci peut être réduit en portant des semelles correctrices.

Enfin, la chirurgie n’est envisagée que dans de très rares cas de tendinites récidivantes, ou rebelles après 6 mois de traitement bien mené. L’opération est effectuée sous arthroscopie, et nécessite 4 à 6 semaines de récupération, avec des cannes.

Traitement des pathologies sous-jacentes pour diminuer une douleur de la hanche

Enfin, si votre douleur de la hanche est la conséquence d’une maladie inflammatoire, d’une infection ou de toute autre problématique sous-jacente, il faudra traiter cette dernière pour que le symptôme disparaisse. D’où l’importance du diagnostic médical !

Les questions que vous vous posez

Avatar de  Delahaye

Delahaye

Publié le 26/03/22

Explications très claires, parfaitement compréhensibles

Laissez votre commentaire