Rééducation

Posté par Jérôme Auger

Publié le 26/03/2024

Modifié le 27/03/2024

Douleur vive au mollet pendant la course à pied : est-ce une déchirure musculaire ?

Reconnaître une déchirure musculaire | Jerôme Auger | Paris 16

Les douleurs ressenties pendant la course à pied doivent absolument être prises au sérieux, surtout lorsqu’elles sont intenses, empêchent de poursuivre l’effort et ne régressent pas spontanément. En effet, ces douleurs peuvent être le signe d’une blessure importante nécessitant un traitement, comme une déchirure musculaire. Dans cet article, focus sur la déchirure musculaire du mollet, un risque à ne jamais négliger quand on pratique la course à pied : comment reconnaître et traiter cette blessure musculaire ?

Comment reconnaître une déchirure musculaire ?

Aussi appelée “claquage”, la déchirure musculaire est une lésion partielle ou totale d’un muscle. Sur le plan anatomique, cette blessure correspond à la lésion de tout ou partie des fibres qui composent le muscle atteint. Il s’agit d’une blessure traumatique, qui survient le plus souvent pendant l’activité sportive. Elle caractérise par une douleur d’apparition brutale, souvent intense, voire syncopale en cas de rupture musculaire totale. Cette douleur :

  • Persiste au repos
  • Augmente lors de la contraction active du muscle lésé
  • Est localisée en un point précis, masqué ensuite par l’inflammation de la zone

Enfin, l’impotence fonctionnelle est immédiate, et souvent totale.

Toutes les lésions musculaires ne sont pas des déchirures. En effet, la pratique sportive s’accompagne souvent de douleurs musculaires plus ou moins diffuses et intenses, comme les courbatures qui apparaissent le lendemain des entraînements, ou les contractures qui surviennent lors d’un effort trop intense.

La déchirure est un accident musculaire avec lésion, qui se distingue des courbatures et des contractures par la rupture d’un nombre important de fibres musculaires. Elle se distingue également de l’élongation, que l’on peut considérer comme une déchirure mineure où seules quelques fibres isolées sont touchées.

Comment traiter une déchirure musculaire ?

La déchirure musculaire du mollet est une blessure grave et impactante. Elle entraîne une douleur vive et immédiate, qui empêche le coureur de poursuivre l’effort. Face à l’intensité des symptômes, une prise en charge initiale est indispensable, et déterminante pour le pronostic de la lésion. Cette prise en charge initiale comporte :

  • L’application de glace
  • La compression du mollet blessé
  • L’élévation et l’immobilisation du membre

Le diagnostic repose sur un interrogatoire exhaustif complété par une inspection clinique du membre atteint (palpation, testing musculaire) et par une échographie.

En cas de déchirure musculaire avérée, l’arrêt sportif est obligatoire, sur une durée allant de plusieurs semaines à 3 mois en fonction de la gravité des lésions.

En parallèle, la prise en charge rééducative est indispensable également, et occupe une place clé dans le rétablissement du patient. La rééducation des blessures musculaires du membre inférieur s’effectue chez un kinésithérapeute, éventuellement spécialisé en kinésithérapie du sport. Son objectif premier est la lutte contre les déficiences causées par la blessure, c’est-à-dire la douleur, la réduction de l’amplitude du mouvement et la perte de force musculaire. Cette rééducation vise également la restauration de la proprioception et de la stabilité, toujours affectées par les lésions du membre inférieur, ce qui favorise l’apparition de nouvelles blessures.

Les séances de kinésithérapie s’étendent sur plusieurs semaines ou plusieurs mois, pour aboutir à une reprise sportive très progressive et bien encadrée. La date de la reprise ne dépend pas du temps écoulé depuis le traumatisme, mais de la guérison effective des lésions, et de l’aval du médecin et du kinésithérapeute.

Quelles pathologies créent une douleur au mollet ?

Rassurez-vous : bien que la déchirure musculaire du mollet soit une blessure récurrente chez les coureurs, toutes les douleurs au mollet ne sont pas le signe d’une lésion grave. Dans certains cas, une douleur subite à cet endroit signale une élongation musculaire, à confirmer par l’échographie. Moins sévère que la déchirure, l’élongation se traite par un repos sportif indispensable d’environ 2 semaines, et par la compression du muscle pendant quelques jours.

Une douleur vive au mollet pendant la course peut aussi indiquer une crampe. Bien que bénigne et relativement courante, la crampe se caractérise par une douleur forte et brutale, conséquence d’une contraction involontaire du muscle. On sait que la fatigue musculaire et les variables hygiéno-diététiques (alimentation, hydratation) favorisent sa survenue, d’où l’importance pour les coureurs à pied d’avoir un régime adapté à leur pratique.

Si votre douleur apparaît pendant la course et ne disparaît pas au repos, et si le mollet apparaît dur et gonflé, il s’agit peut-être d’une contracture. Souvent causée par la sollicitation trop intense du muscle, la contracture au mollet peut être traitée par l’application de chaleur, éventuellement complétée par la prise de myorelaxants et/ou d’antalgiques.

Enfin, les coureurs à pied sont parmi les premiers concernés par le syndrome des loges, une pathologie douloureuse liée à l’augmentation du volume d’un muscle (le mollet dans la majorité des cas). Le syndrome des loges se caractérise par une douleur forte au niveau du mollet, qui se manifeste pendant l’effort et diminue au repos. Cette douleur oblige le coureur à s’arrêter, et s’accompagne souvent d’autres symptômes comme une sensation de tension, ainsi que des fourmillements et des engourdissements.

Dans tous les cas, si vous ressentez une douleur vive pendant la course, le premier réflexe doit être de consulter un médecin pour obtenir un diagnostic sûr. Le médecin vous recommandera très certainement une période de repos, éventuellement complétée par de la rééducation.

Sources:
– IRBMS – Déchirure musculaire, élongation, claquage https://www.irbms.com/dechirure-musculaire/
– FRÉMONT, Pierre et CÔTÉ, Claude. Les blessures musculaires.http://www.stacommunications.com/journals/leclinicien/images/clinicienpdf/october01/143.pdf
– EM Consulte – Conduite à tenir devant une lésion musculaire du sportif (J.-M. Coudreuse, F. Bryand) https://www.em-consulte.com/article/259286/conduite-a-tenir-devant-une-lesion-musculaire-du-s

Article rédigé par Jérôme Auger

Jérôme Auger est masseur-kinésithérapeute et ostéopathe, spécialisé dans les pathologies liées au sport. Il vous apporte tous ses conseils liés à la kinésithérapie dans ce blog.

Articles recommandés pour vous

Comment préparer un marathon avec un kiné du sport ? | Jerôme Auger | Paris 16

L’importance de la kinésithérapie du sport pour préparer un marathon

Quelle que soit votre expérience du marathon,…

Prévenir l’élongation des muscles ischio-jambiers | Jerôme Auger | Paris 16

Comment éviter une élongation des muscles ischio-jambiers durant la course à pied ?

Les ischio-jambiers sont les muscles les plus…

Comment reconnaître une tendinite ? | Jerôme Auger | Paris 16

Comment reconnaître une tendinite ?

Les tendinites sont des pathologies courantes, qui…

J'ai mal sur la partie externe de mon genou quand je cours : est-ce une tendinopathie du TFL ? | Jerôme Auger | Paris 16

Pourquoi la course à pied est-elle recommandée en cas de syndrome fémoro-patellaire ?

De nombreuses douleurs au genou sont attribuables…

Voir tous les articles

Laissez votre commentaire

Le champ n’est pas valide
Le champ n’est pas valide