Sciatique et cruralgie

Les atteintes radiculaires des membres inférieurs se manifestent par des lombosciatiques ou des lombocruralgies. En fonction du nerf atteint, sciatique ou crural, la symptomatologie et la prise en charge diffèrent.

Sciatique et cruralgie (nerf sciatique) | Kiné ostéopathe du sport | Jérôme Auger | Paris

Généralités

La sciatique et la cruralgie : deux pathologies différentes
La sciatique et la cruralgie sont toutes deux des pathologies du membre inférieur, d’origine nerveuse. Concrètement, il s’agit de la compression d’une des branches d’un nerf, soit le nerf sciatique, soit le nerf crural. Les deux pathologies sont parfois confondues dans le langage courant ; en effet, le mécanisme est similaire, et le nerf sciatique comme le nerf crural suivent un trajet proche, partant de la colonne vertébrale pour descendre dans la jambe. Cependant, le trajet exact du nerf et de la douleur n’est pas le même : pour simplifier, avec une sciatique, la douleur se situe à l’arrière de la jambe ; tandis qu’en cas de cruralgie, les patients souffrent à la face avant de la jambe.


Sciatique et cruralgie en quelques chiffres

  • La sciatique est un mal fréquent ; chaque année en France, 100 000 nouveaux cas apparaissent en moyenne, ce qui correspond à environ 37 000 opérations chirurgicales
  • Ce sont essentiellement les adultes qui sont concernés par la sciatique et la cruralgie

Quelles sont les causes de la sciatique et de la cruralgie ?

La cruralgie se définit comme une atteinte du nerf crural, qui peut avoir différentes causes :

  • La plus fréquente est la hernie discale. En effet, lorsqu’un disque intervertébral reçoit une pression excessive, il s’écrase, migre, et vient comprimer le nerf. Si c’est le nerf crural qui est atteint, le disque concerné se situe entre les vertèbres lombaires L3 et L4
  • L’arthrose : en effet, une arthrose au niveau de la colonne vertébrale peut entraîner des formations osseuses anormales, qui viennent directement comprimer le nerf, ou réduire l’espace du canal rachidien
  • Plus rarement, la cruralgie peut être causée par un hématome du psoas, le grand muscle reliant la cuisse et le bas du dos
  • Enfin, parmi les autres explications plus graves se trouvent la compression du nerf liée à une tumeur, une fracture ou encore une infection

Les causes de la sciatique sont très similaires : cette douleur correspond à la compression et à l’inflammation d’une des racines du nerf sciatique, avec pour cause la plus courante une hernie discale. Comme pour la cruralgie, l’arthrose lombaire est une autre origine possible des douleurs. Enfin, on retrouve parfois d’autres problématiques plus rares : par exemple un traumatisme de la colonne vertébrale ayant entraîné une fracture ; une inflammation ou infection au niveau du rachis, ou encore la présence d’une tumeur.

Quels sont les symptômes de la sciatique et de la cruralgie ?

Vous avez une sciatique ? Cette pathologie se manifeste essentiellement par des douleurs ressenties le long du trajet d’une des racines du nerf, au niveau du membre inférieur. Concrètement, il s’agit d’une douleur qui part du bas du dos (ou de la fesse), qui se prolonge sur la face arrière de la cuisse, descend le long de la jambe et s’arrête généralement sur le côté du pied. Dans bien des cas, la sciatique s’accompagne de douleurs lombaires (bas du dos) : on parle alors de lombosciatique. Le trajet exact de la douleur dépend de la racine nerveuse atteinte, cela explique qu’il peut différer d’un patient à l’autre. Néanmoins, dans tous les cas, c’est derrière la cuisse que la douleur est ressentie.

Au contraire, si vous avez une cruralgie, cela se caractérise par une douleur sur la face avant de la cuisse.

Qu’il s’agisse d’une sciatique ou d’une cruralgie, les douleurs s’accompagnent de symptômes d’atteinte nerveuse, notamment :

  • Des picotements
  • Des engourdissements
  • Des troubles de la sensibilité
  • Une faiblesse musculaire
  • Une difficulté à bouger la jambe, et parfois le pied

Ces deux atteintes sont généralement douloureuses et invalidantes, mais il faut savoir qu’elles sont rarement graves, et se soignent très bien. Pour poser la diagnostic et bénéficier d’un traitement adapté, ne tardez pas à consulter votre médecin !

Comment se déroulent les séances de kinésithérapie ?

En cas de sciatique ou de cruralgie, votre médecin peut vous prescrire des séances de kinésithérapie. L’objectif de cette rééducation, et les techniques qui seront utilisées par le kinésithérapeute, vont dépendre de plusieurs éléments. Le kiné cherchera notamment à connaître les caractéristiques de votre douleur et son ancienneté. Lors de son bilan initial, il identifiera également les différents facteurs favorisants qui ont permis au problème de se développer. Partant de là, il pourra établir un programme de soins personnalisé.

En pratique, les séances de rééducation comportent plusieurs types de soins et d’exercices, qui remplissent des fonctions et objectifs variés :

  • Réduire les douleurs grâce à des mouvements et positions adaptés
  • Vous réhabituer progressivement aux mouvements et activités qui posent problème
  • Améliorer vos habitudes de mouvement, pour générer moins de douleurs au quotidien

Grâce aux progrès effectués pendant les séances, les patients atteints de sciatique et de cruralgie peuvent reprendre progressivement leurs activités sans douleur ; les bonnes habitudes apprises permettent de limiter les risques de récidive.

Faites votre bilan diagnostic kiné aujourd’hui

Pour aller plus loin…

Quel traitement en cas sciatique ou de cruralgie ?

Que vous ayez une sciatique ou une cruralgie, le premier traitement envisagé repose sur la prise de médicaments contre la douleur. Des anti-inflammatoires, des antalgiques ainsi qu’un décontractant musculaire peuvent être prescrits.

A très court terme, pendant la phase aiguë de la douleur, une période de repos peut être indiquée. Cependant, il importe de se remettre en mouvement dans un délai raisonnable, particulièrement si ce n’est pas la première fois que vous avez une sciatique. En effet, la sédentarité ne ferait qu’accentuer le problème ! D’où également l’intérêt de la rééducation : le kinésithérapeute saura vous rassurer sur votre capacité à bouger, et les vertus de l’activité physique.

C’est seulement en dernière intention, quand la sciatique ou la cruralgie résiste au traitement médical, qu’une chirurgie peut être envisagée. Le plus souvent, l’opération consiste à corriger la hernie discale, de manière à soulager le nerf comprimé.

Diagnostic et examens complémentaires

Le diagnostic d’une sciatique ou d’une cruralgie repose sur un interrogatoire, qui vient compléter l’observation clinique des symptômes. Pendant la consultation, le médecin demande au patient de réaliser certains mouvements, supposés déclencher des douleurs caractéristiques au niveau du membre inférieur.

On ne demande d’examens complémentaires (radiologie, scanner ou IRM) qu’en cas de soupçon d’une pathologie plus grave. Cela peut être le cas lorsque les douleurs surviennent la nuit ou au repos (une tumeur ou une infection peuvent être en cause). Les examens peuvent aussi s’avérer utiles face à des douleurs rebelles, qui résistent au traitement initial.

Laissez votre commentaire