Pathologies du quadriceps

Les pathologies de la jambe constituent un motif fréquent de consultation en kinésithérapie. Intensément sollicitée au quotidien et que pendant la plupart des activités sportives, le muscule quadriceps de la jambe est exposée à des risques de contusions, élongations et déchirures.

Pathologies des quadriceps : causes et traitements | Kinésithérapie | Jérôme Auger | Paris

Les pathologies du quadriceps, une problématique fréquente

Les blessures musculaires, qu’il s’agisse d’une contusion, d’une élongation ou d’une déchirure, sont un mal fréquent en médecine du sport. Les muscles de la cuisse en particulier (ischio-jambiers et quadriceps) sont très sollicités dans de nombreux sports ; ils sont donc particulièrement exposés à ces pathologies. En cas de blessure musculaire du quadriceps, la rééducation est une étape indispensable de votre traitement, qui doit permettre une reprise sportive sans douleur et avec un minimum de risque.


Le quadriceps et les blessures musculaires en quelques points

  • Situé sur la face antérieure de la cuisse, le quadriceps est le muscle le plus volumineux du corps humain
  • Il est impliqué dans un certain nombre de mouvements comme l’extension de la jambe, et la flexion de la cuisse sur le bassin
  • Il existe plusieurs degrés de lésion musculaire : la contusion correspond à un traumatisme direct sur un muscle contracté ; l’élongation se définit comme un allongement accidentel du muscle ; enfin la déchirure ou claquage, correspond à la rupture de plusieurs fibres musculaires, allant parfois jusqu’à la rupture complète du muscle

Pourquoi ai-je une pathologie du quadriceps ?

Les blessures musculaires bénignes ou graves se rencontrent surtout dans le cadre du sport. Les disciplines où le risque de se blesser est le plus important sont :

  • Le football, le rugby et les autres sports de contact comme le hockey
  • Les sports de glisse, comme le snowboard et le skateboard
  • Les disciplines où les départs brusques sont fréquents, par exemple le tennis, le basketball et le sprint

En général, le mécanisme d’apparition d’une blessure du quadriceps correspond à :

  • Un traumatisme direct avec un autre joueur ou du matériel
  • Un entraînement excessif ou un échauffement insuffisant
  • Un mouvement brusque

La fatigue musculaire, le manque de souplesse, ou encore un déséquilibre entre les quadriceps et les ischio-jambiers, favorisent la survenue de ce type d’accident. Parmi les autres facteurs de risque, on peut citer l’absence ou l’insuffisance des étirements, sans oublier le manque d’hydratation.

Pathologie du quadriceps : quels sont les symptômes ?

Les lésions musculaires bénignes et graves se manifestent par des symptômes différents. Si l’on prend la contusion, qui correspond à un coup direct au niveau du muscle, les patients ressentent une douleur très localisée au niveau de l’impact, souvent accompagnée d’une ecchymose et d’un gonflement.

En cas d’élongation, les fibres du quadriceps sont excessivement étirées, mais pas déchirées. Cela se traduit par une douleur lors de l’étirement et de la contraction du muscle ; l’effort reste donc possible, mais non sans douleur.

Enfin, la déchirure musculaire du quadriceps provoque une douleur généralement vive et soudaine, que beaucoup de patients qualifient de “coup de poignard”. Cette douleur les force à s’arrêter en plein effort ; en effet, le muscle ne peut plus se mettre en mouvement. Au bout d’un certain temps (généralement quelques heures) un oedème se forme au niveau de la déchirure.

Comment se déroule la kinésithérapie ?

La rééducation après une pathologie du quadriceps est indispensable. Elle a lieu dans un deuxième temps, une fois que les douleurs ont suffisamment diminué.

Pour une élongation, la durée de la rééducation est courte, entre deux et trois semaines tout au plus. Les principales techniques employées sont la thermothérapie, les ultrasons, l’électrostimulation, les massages, mais aussi les étirements passifs et actifs, et enfin des exercices de renforcement musculaire. Une fois que les douleurs ont disparu, le kinésithérapeute accompagne le sportif vers la reprise de ses activités. Dans un premier temps, il convient d’éviter tout geste brutal.

La rééducation est plus longue en cas de déchirure musculaire. En général, comptez six à huit semaines de traitement avant la reprise du sport. Les ultrasons et la thermothérapie sont d’abord employés pour faciliter la guérison ; dès lors que le saignement a disparu, la mobilisation du muscle et les massages peuvent être entrepris. Le renforcement musculaire et les étirements se font dans un troisième temps, lorsque les douleurs ont totalement cessé. Enfin, la dernière étape de la rééducation est consacrée à la reprise sportive, qui doit se faire de manière très progressive.

Commencez votre rééducation aujourd’hui

Pour aller plus loin…

Pathologies du quadriceps : quels sont les traitements ?

Le repos est toujours la première mesure indiquée en cas de blessure musculaire. En fonction de l’importance de la lésion, il sera de plus ou moins longue durée. Pour une élongation, comptez environ 10 jours d’arrêt ; en cas de claquage, vous devrez probablement vous arrêter plus d’un mois.

Le traitement des lésions musculaires se décompose en deux étapes : d’abord, un traitement initial pour soulager les symptômes en phase aiguë ; ensuite, une phase de rééducation/réadaptation, où intervient le kinésithérapeute.

Pendant la phase aiguë, l’objectif principal est de faire cesser l’hémorragie et les douleurs ; d’où des mesures comme l’application de glace, ainsi que l’élévation et la compression de la jambe blessée. Les massages, la chaleur et les étirements sont toujours proscrits à ce stade de la guérison ; en effet, cela risquerait d’entraîner une aggravation du saignement par dilatation des vaisseaux.

Pour vous aider à gérer la douleur, des médicaments peuvent être prescrits : principalement du paracétamol, ou des anti-inflammatoires non stéroïdiens (à consommer sur quelques jours tout au plus).

Diagnostic d’une blessure du quadriceps

L’examen clinique est la première étape du diagnostic. Le médecin procède à une inspection du muscle blessé, comprenant une palpation et tout un ensemble de tests musculaires permettant d’évaluer son état. Ces éléments sont complétés par un interrogatoire, indispensable pour comprendre les circonstances d’apparition de votre blessure, l’importance de votre gêne fonctionnelle, et l’intensité de votre douleur. L’examen clinique permet aussi de rechercher les lésions associées et les éventuelles complications.

En général, des examens complémentaires sont effectués. Pour une blessure musculaire, c’est surtout l’échographie qui va permettre d’observer les lésions (localisation, profondeur et étendue), mais aussi le comportement du quadriceps. Si le médecin estime qu’une opération est nécessaire, ce qui est parfois le cas chez les sportifs de haut niveau, une IRM peut être indiquée.

Laissez votre commentaire