Pathologies des adducteurs

Elongations, ruptures, claquages, les adducteurs sont souvent exposés à divers traumatismes. La prise en charge rapide est primordiale pour éviter le passage à la chronicité et c’est dans ce cadre que la rééducation trouve toute sa place.

Pathologie des adducteurs : causes et traitements | Kinésithérapie | Jérôme Auger Paris

Les pathologies des adducteurs, un motif de consultation courant

Comme son nom l’indique, un adducteur est un muscle impliqué dans un mouvement d’adduction, c’est-à-dire de rapprochement d’un membre vers l’axe du corps. De tels muscles sont présents au niveau des pieds, du pouce, mais les plus connus (et volumineux !) sont les muscles adducteurs de la cuisse, qui se situent entre le bassin et l’extrémité haute du fémur. Très sollicités (et parfois surmenés) dans la pratique sportive, ils peuvent souffrir d’un certain nombre de blessures, les plus fréquentes étant les blessures musculaires et les tendinopathies. Loin d’être une fatalité, les pathologies des adducteurs peuvent être soignées et prévenues de manière efficace, notamment grâce à une rééducation adaptée.


Les pathologies des adducteurs en quelques chiffres et faits notables

  • La tendinopathie des adducteurs est souvent à l’origine de ce que l’on appelle la pubalgie du sportif, une douleur de la région pubienne très invalidante, pouvant correspondre à plusieurs pathologies
  • La pubalgie concerne ou a concerné 5 à 18% des sportifs au cours de leur pratique (toutes disciplines confondues)

Pourquoi ai-je une douleur au niveau des adducteurs ?

Les adducteurs peuvent être le siège de différentes pathologies ; le plus souvent, il s’agit soit d’une tendinopathie des adducteurs, soit d’une blessure musculaire (les plus bénignes étant les élongations, et les plus graves la déchirure musculaire et la rupture).

Ces pathologies sont souvent le résultat du surmenage des adducteurs, ce qui explique qu’on les retrouve surtout dans les sports qui sollicitent beaucoup ce groupe de muscles : le football, mais aussi la danse, le tennis ou même la course à pied. Parmi les causes possibles :

  • Un échauffement insuffisant
  • Une augmentation soudaine et trop intense de la charge d’entraînement
  • Une contraction trop brutale des adducteurs

Au football, un tir un peu trop violent peut causer une blessure au niveau des adducteurs.

Quels symptômes suite à une blessure aux adducteurs ?

La douleur est le principal symptôme dont se plaignent les patients qui se blessent au niveau des adducteurs ; elle se situe au bas du pubis et à l’intérieur de la cuisse.

La localisation précise de la douleur, et ses circonstances d’apparition, diffèrent en fonction de la pathologie : en cas de tendinopathie, elle est ressentie lors de la pratique sportive et de certains mouvements, et disparaît généralement au repos. En cas d’élongation, les patients ont mal pendant l’effort et immédiatement après ; s’il y a déchirure, la douleur à l’intérieur de la cuisse est vive, et s’accompagne d’un hématome et d’un gonflement. Cette blessure provoque l’arrêt de l’entraînement ou de l’activité en cours.

Quelle rééducation pour une pathologie des adducteurs ?

La rééducation est indispensable pour retrouver des capacités fonctionnelles normales, et reprendre le sport après une blessure aux adducteurs. Les kinésithérapeutes connaissent bien les blessures liées au surmenage sportif, ainsi que les techniques les plus adaptées pour regagner progressivement ses performances sans risquer de se blesser à nouveau.

La durée de la rééducation, et les techniques précises pratiquées en séance dépendent de votre pathologie, de son degré de gravité, mais aussi de caractéristiques qui vous sont propres (âge, activité sportive pratiquée, objectifs, antécédents…).

En cas de tendinite, la rééducation peut démarrer dès que la phase aiguë est terminée, et que les douleurs ont diminué. Des étirements, ainsi que des exercices de renforcement des adducteurs, seront pratiqués de manière progressive. Le renforcement musculaire inclut aussi un travail des groupes musculaires voisins, à savoir les abdominaux, les transverses et les obliques. La reprise du sport pratiqué se fait toujours en dernier, et de manière progressive en commençant par des exercices non spécifiques.

Si vous avez subi une déchirure musculaire, le kinésithérapeute aura certainement recours à des techniques telles que la cryothérapie (traitement par le froid), les massages, ou les ultrasons. C’est seulement dans un deuxième temps, une fois cicatrisé, que le muscle pourra être sollicité à nouveau.

Faites votre bilan diagnostic kiné aujourd’hui

Pour aller plus loin…

Quel traitement médical ou chirurgical en cas de pathologie des adducteurs ?

Le premier traitement en cas de blessure aux adducteurs consiste à mettre le membre lésé au repos, tout en soulageant les douleurs. Pour ce faire, vous pouvez appliquer de la glace plusieurs fois par jour sur la zone douloureuse ; en complément, votre médecin peut vous prescrire des antalgiques ou des anti-inflammatoires.

La consultation médicale est vivement recommandée ; si possible, n’hésitez pas à consulter un médecin du sport. C’est à l’issue du diagnostic que les séances de rééducation vous seront prescrites.

La chirurgie n’est généralement envisagée qu’en dernier recours, ou en présence de blessures graves, comme la rupture totale d’un tendon ou d’un muscle.

Diagnostic d’une pathologie des adducteurs

L’examen clinique de la zone douloureuse lors de la consultation médicale constitue la première étape du diagnostic. Le médecin cherche notamment à évaluer les adducteurs et l’intensité de votre douleur lors de l’étirement et de la contraction. Des examens complémentaires (radiographie et échographie) sont souvent demandés, pour préciser l’origine des douleurs et identifier précisément les tissus lésés.

Laissez votre commentaire