Les pathologies du poignet

Les pathologies du poignet sont nombreuses: tendinopathies, entorses, fractures ou encore affections rhumatologiques. La rééducation est essentielle pour la reprise de la mobilité de l’articulation.

Pathologies du poignet : les traitements | Kinésithérapie | Cabinet Jérôme Auger | Paris

Les blessures et pathologies du poignet, un motif de consultation fréquent

Le poignet est un ensemble articulaire fragile, très exposé aux traumatismes et pathologies de toutes sortes. L’activité la plus pourvoyeuse de blessures au poignet est bien évidemment le sport : on retrouve ce type de traumatismes chez les sportifs de tous niveaux. Cependant, les pathologies du poignet sont parfois mal documentées, et diagnostiquées de manière tardive. Si vous ressentez une douleur après un choc, une chute ou un mouvement quelconque, n’hésitez pas à prendre un avis médical le plus tôt possible ! Les pathologies du poignet se soignent très bien, grâce à un traitement médical adapté et des séances de rééducation.


Quelques rappels sur l’anatomie du poignet et ses blessures

  • Le poignet désigne le complexe articulaire délimité par l’extrémité inférieure du radius et de l’ulna. Il se compose des 8 os du carpe, répartis en 2 rangées de 4.
  • Chaque année, environ 130 000 fractures du poignet sont recensées en France
  • Les tendinites du poignet sont un mal courant chez les sportifs : on peut citer la tendinite de De Quervain, la tendinite du Fléchisseur Ulnaire du Carpe, ou encore celle du Fléchisseur Radial du carpe et de l’Extenseur Ulnaire du carpe

Quelles sont les causes de ma douleur au poignet ?

Les traumatismes et pathologies pouvant causer une douleur au poignet sont nombreux. Les fractures, les lésions des ligaments et les tendinites font partie des troubles les plus fréquemment observés, surtout chez les sportifs.

En général, une fracture du poignet est causée par une chute avec réception sur la paume de la main. Ces accidents sont aussi responsables de nombreuses lésions ligamentaires du poignet. On les retrouve surtout dans les sports d’hiver, comme le snowboard ou le ski alpin. Le motocross et la course automobile sont d’autres grands pourvoyeurs de blessures au poignet.

A traumatisme égal, tout le monde n’a pas la même probabilité d’échapper à une fracture du poignet ; certaines personnes sont plus fragiles que d’autres. Les facteurs de risque les plus importants sont :

  • L’ostéoporose, courante chez les personnes âgées
  • Les traumatismes récents du poignet, qui peuvent le rendre plus vulnérable jusqu’à 2 à 3 ans après la première fracture.

La répétition d’un même geste nocif pour le poignet, par exemple dans un sport de raquette mal maîtrisé ou dans une activité professionnelle, est une autre cause fréquente de douleurs.

Quels sont les symptômes d’une pathologie du poignet ?

D’une pathologie à l’autre, les symptômes ne sont évidemment pas les mêmes ; la tendinite, l’arthrose et les fractures correspondent à des manifestations bien différentes.

La douleur est le seul point commun entre ces différentes conditions. En fonction du tissu atteint, et de la gravité de la lésion, elle peut se manifester de différentes manières :

  • En cas de fracture, la douleur apparaît au moment du traumatisme, qui s’accompagne souvent d’un craquement audible au niveau du poignet. Celui-ci apparaît déformé, et peut difficilement bouger
  • L’entorse se caractérise par une inflammation, une douleur et une raideur de l’articulation. Elle se produit suite à une chute ou une torsion du poignet
  • Enfin, les tendinites se manifestent par des douleurs d’apparition progressive, qui correspondent au surmenage du tendon. Elles s’accompagnent souvent d’une rougeur, d’un gonflement et d’une chaleur locale. En l’absence de traitement, les douleurs tendent à s’accentuer avec le temps.

Douleur au poignet : en quoi consiste la rééducation ?

Si vous avez une douleur au poignet, votre médecin vous a certainement prescrit des séances de kinésithérapie. Celles-ci ont toute leur place dans la prise en charge des pathologies du poignet ; elles interviennent généralement en complément de votre traitement orthopédique ou médical.

Les fractures nécessitent une rééducation longue, 4 à 6 mois en moyenne. Si votre traitement est orthopédique et non chirurgical, il faut attendre 3 ou 4 semaines avant d’entreprendre la rééducation ; c’est le temps nécessaire pour consolider le poignet.

Dans un premier temps, le traitement kinésithérapique vise la diminution de vos symptômes et l’entretien musculaire. Pendant les séances, votre kinésithérapeute a recours à différentes techniques :

  • Le drainage lymphatique manuel
  • Diverses techniques de massage (à visée circulatoire, massage décontracturant)
  • La physiothérapie antalgique (Tecarthérapie, électrothérapie, cryothérapie)
  • Les mobilisation passives du poignet
  • Divers exercices sollicitant les muscles du poignet et de l’avant-bras

C’est seulement dans une deuxième étape que la rééducation est centrée sur la récupération de la force musculaire et des amplitudes articulaires, pour permettre in fine la reprise du sport. Dans cette seconde phase, les techniques employées sont :

  • Les massages à visées proprioceptive
  • Divers exercices musculaires travaillant le poignet et le coude, mais aussi le pouce et les doigts
  • Un travail fonctionnel visant la reprise des activités du patient (gestes effectués au sport, au travail ou dans les activités de loisirs)

Les ondes de choc et la cryothérapie sont les techniques de physiothérapie les plus fréquemment employées pour traiter les tendinites du poignet. Elles sont complétées par une technique bien spécifique de massage consistant à exercer des pressions perpendiculairement au tendon : le massage transverse profond.

Faites votre bilan diagnostic kiné aujourd’hui

Pour aller plus loin…

Traitement médical ou chirurgical d’une pathologie du poignet

Bien sûr, il n’existe pas de traitement standard pour un traumatisme ou une douleur du poignet. Le choix du traitement le plus adapté dépend du type de lésion, mais aussi de caractéristiques propres au patient (notamment son âge et les activités pratiquées).

En cas de fracture, deux options sont possibles :

  • Un traitement orthopédique avec immobilisation dans un plâtre, pour les fractures sans déplacement
  • Un traitement chirurgical avec vis, plaques vissées ou embrochages, pour les fractures du poignet avec déplacement

Le traitement de l’ entorse du poignet dépend quant à lui du stade de gravité de la lésion. De manière générale :

  • On immobilise le poignet avec un strap en cas d’entorse bénigne
  • On l’immobilise par attelle pour une entorse moyenne
  • On répare les ligament grâce à une intervention chirurgicale en cas d’entorse grave

Pour les tendinites du poignet, le traitement de première intention est médical : des médicaments contre la douleur permettent de passer la phase aiguë ; ils sont complétés par les soins pratiqués en kinésithérapie. Le recours à la chirurgie reste rare, et n’est envisagé qu’en cas d’échec des traitements classiques.

Diagnostic d’une pathologie du poignet

Des radiographies sont souvent nécessaires pour préciser et confirmer le diagnostic d’une pathologie du poignet ; l’examen clinique seul est rarement suffisant. En cas de fracture, seules les radiographies permettent de visualiser précisément le trait de fracture, et de caractériser la blessure pour choisir le traitement adapté.

Une IRM ou une échographie sont parfois utiles, par exemple pour préciser un diagnostic de tendinite du poignet.

Laissez votre commentaire