Fracture des vertèbres thoraciques

Les fractures vertébrales sont toujours à prendre au sérieux et imposent une consultation avec un professionnel de santé. Leur impact sur le reste de la colonne vertébrale est évalué en fonction de leur sévérité. Il faut noter que le terme “fracture” englobe les luxations, instabilités vertébrales, tassements et fractures à proprement parler.

Fracture des vertèbres thoraciques : causes et traitements | Cabinet Jérôme Auger | Paris

La fracture des vertèbres thoraciques, un mal fréquent

Les fractures vertébrales ne sont pas rares ; en effet, une nouvelle fracture de ce type se produit en moyenne toutes les 22 secondes dans le monde ! Ces lésions ne sont pas anodines ; en effet, elles entraînent des douleurs souvent fortes, ainsi qu’une déformation de la colonne vertébrale. Dans bien des cas, une fracture vertébrale n’est traitée que comme un simple mal de dos.


La fracture des vertèbres thoraciques en quelques faits

  • Une fracture vertébrale se définit comme l’affaissement ou la fracture d’une vertèbre, qui se produit généralement suite à un traumatisme
  • Ces fractures peuvent entraîner une compression de la moelle épinière, avec des conséquences dramatiques comme la paralysie d’une partie du corps. Toutefois, ces complications graves ne représentent qu’une minorité des traumatismes

Pourquoi ai-je une fracture des vertèbres thoraciques ?

C’est souvent une chute, un accident ou un coup, qui sont responsables des fractures vertébrales. On retrouve beaucoup ces lésions chez les personnes victimes d’un accident de voiture.

D’un point de vue mécanique, une vertèbre se casse lorsqu’elle est soumise à des contraintes trop importantes pour sa structure. Chez une personne jeune ou adulte, dont les os sont suffisamment robustes, cela correspond généralement à un traumatisme violent, clairement identifié par le patient. En revanche, chez une personne âgée souffrant d’ostéoporose, des traumatismes apparemment sans gravité peuvent être responsables de fractures : soulever une charge un peu lourde, se pencher en avant…L’ostéoporose, qui correspond à une perte de densité osseuse, peut être favorisée par plusieurs facteurs de risque : en premier lieu l’âge, la ménopause, certaines maladies rhumatologiques, mais aussi le tabagisme.

Les traumatismes entraînant un mouvement brutal de flexion ou de torsion de la colonne vertébrale sont particulièrement dangereux. En effet, dans un tel cas de figure, la fracture s’accompagne généralement d’une atteinte de toute l’articulation entourant la vertèbre, ce qui représente une grande menace pour la moelle épinière. Cette situation nécessite souvent une chirurgie en urgence.

Fracture des vertèbres thoraciques : quels sont les symptômes ?

Le principal symptôme de ce type de lésion osseuse est la douleur, ressentie au niveau des vertèbres atteintes. Il s’agit d’une douleur dorsale aiguë, d’apparition soudaine, qui rend indispensable la consultation médicale. La fracture vertébrale peut aussi se manifester par une douleur sourde et chronique au niveau du dos.

L’autre signe fréquent est la déformation visible de la colonne vertébrale. En effet, lorsque les tassements et fractures s’accumulent, les personnes ont tendance à se voûter progressivement.

Diminuez vos douleurs

Pour aller plus loin…

Fracture des vertèbres thoraciques : comment se déroulent le traitement et la rééducation ?

Il existe plusieurs options de traitement :

  • Fonctionnel et médicamenteux
  • Orthopédique (plâtre ou corset)
  • Ou chirurgical

Dans un premier temps, une période de repos au lit est indiquée, associée à des médicaments contre la douleur. C’est dans un deuxième temps que le patient peut être levé sans contention, et entame une rééducation statique posturale, dans l’objectif de renforcer sa musculature.

En cas de fracture mineure, un corset suffit généralement à immobiliser les vertèbres lésées. Toute immobilisation par corset ne s’accompagne pas d’une réduction de la fracture ; celle-ci n’est indiquée que dans les fractures-tassements, avec déplacement en cyphose.

La rééducation après une fracture des vertèbres thoraciques vise principalement à renforcer la musculature péri-rachidienne et abdominale, grâce à des exercices spécifiques. L’autre objectif est de maintenir la souplesse de la colonne vertébrale, pour lutter contre les effets de l’immobilisation. La contention externe est conservée environ trois mois.

Le traitement chirurgical consiste à rétablir la stabilité de la colonne vertébrale grâce à des vis, des plaques, des tiges et des crochets. Dans certains cas, il faudra aussi en priorité libérer et protéger la moelle épinière. La vertébroplastie est une autre intervention possible : le principe est d’injecter du ciment dans la vertèbre, pour atténuer la douleur et stabiliser la fracture. Mais il faut savoir que cette technique ne permet pas de corriger la déformation de la colonne.

En quoi consiste le diagnostic ?

Le diagnostic doit être réalisé aussi précocement que possible, afin d’avoir un maximum d’options de traitement à disposition. Il faut toujours garder en tête qu’une douleur thoracique est signe que quelque chose ne va pas, et qu’une consultation médicale s’impose au plus vite.

Lors de la consultation, le médecin examine cliniquement la zone douloureuse, et procède à un interrogatoire pour mieux cerner votre problématique. Les éléments ainsi recueillis permettent d’orienter le diagnostic, qui doit être confirmé par des examens d’imagerie, notamment des radiographies de profil de la colonne vertébrale. Si le traumatisme est important, votre médecin pourra aussi vous demander d’effectuer un scanner ou une tomodensitométrie, pour évaluer l’ensemble de la colonne. Enfin, en présence de symptômes d’ordre neurologique, une IRM de la moelle épinière sera réalisée.

Laissez votre commentaire