ostéopathie pédiatrie Jérôme Auger
En ostéopathie, le bébé n’est pas considéré comme un petit adulte ! Il bénéficie de traitements spécifiques, adapté à son âge, sa morphologie et ses pathologies. C’est pourquoi il existe des ostéopathes spécialisés en pédiatrie.

Quand faut-il consulter un ostéopathe spécialisé en ostéopathie pédiatrique ?

L’ostéopathie est une thérapie manuelle qui permet, grâce à des manipulations adéquates, de restaurer l’harmonie des différentes structures du corps. Elle corrige un certain nombre de troubles, et peut être indiquée chez l’enfant dès les premiers mois de la vie.

C’est dans cette période cruciale que les principaux organes et fonctions du corps se mettent en place. Si la grossesse ou l’accouchement ont été difficiles, le bébé peut souffrir de déformations anatomiques et de troubles fonctionnels. Ces anomalies, comme les coliques ou les torticolis, sont souvent bénignes. Toutefois, il convient de les prendre en charge assez tôt, car elles peuvent entraîner des soucis plus importants. L’ostéopathie est une thérapie très pertinente pour les troubles du nourrisson. Grâce à des techniques douces, elle permet de rétablir l’équilibre de toutes les fonctions du corps, pour grandir en bonne santé.

Les séances d’ostéopathie pédiatrique ne dispensent pas d’un suivi médical. Elles interviennent en complément des visites chez le pédiatre. Dans certains cas, l’ostéopathe peut travailler en synergie avec d’autres professionnels de santé, comme l’orthophoniste ou le kinésithérapeute spécialisé en pédiatrie.

Lorsque vous remarquez un trouble chez votre nouveau-né, la première chose à faire est d’aller consulter le pédiatre. Cela va permettre d’identifier et traiter d’éventuelles causes médicales. Si le trouble diagnostiqué est fonctionnel et bénin, le pédiatre peut alors vous recommander des séances d’ostéopathie pour le soulager.

Indications de l’ostéopathie chez le bébé

Certaines pathologies sont récurrentes chez le nourrisson, et sont très efficacement soulagées en ostéopathie.

Déformations anatomiques du nourrisson

En cas d’accouchement difficile, le bébé peut souffrir de déformations anatomiques, particulièrement au niveau du crâne et du cou.

Les déformations les plus couramment observées chez le nourrisson sont les torticolis et les déformations du crâne, en particulier la plagiocéphalie.

Les causes exactes du torticolis du nourrisson sont mal connues. Toutefois, le positionnement du foetus in utero pendant la grossesse, ainsi qu’un accouchement difficile, peuvent causer des tensions au niveau des cervicales et de la tête.

Cette pathologie doit être traité au plus tôt, car elle peut entraîner d’autres troubles plus graves, notamment :

  • Une déformation du visage ou de la tête
  • Des troubles fonctionnels oculaires
  • Une déformation vertébrale

Les manipulations de l’ostéopathe permettent de rendre sa mobilité à l’ensemble du corps du bébé. Elles ne se limitent pas au cou, l’objectif étant de corriger toutes les tensions et les déséquilibres causés par le torticolis (notamment au niveau de la colonne vertébrale, de l’abdomen et du bassin).

Les déformations du crâne sont quant à elles favorisées par le couchage sur le dos, recommandé après l’accouchement pour éviter la mort subite du nourrisson. Un torticolis, un manque de changements de position, ainsi qu’un accouchement difficile, sont d’autres causes possibles.

Il existe plusieurs types de déformations crâniennes, la plus connue étant la plagiocéphalie, aussi appelée syndrome de la tête plate. Ces anomalies anatomiques n’ont pas d’incidence sur le développement du cerveau, mais elles peuvent entraîner :

  • Des troubles du langage
  • Des troubles de la vision et de l’audition
  • Des problèmes dentaires
  • Une asymétrie du visage
  • Une déformation de la mâchoire

Idéalement, l’ostéopathe intervient en prévention de la plagiocéphalie, dans le premier mois suivant la naissance. Les séances d’ostéopathie peuvent aussi corriger une déformation crânienne déjà présente : le travail consiste alors à quantifier la déformation, avant d’identifier et corriger les déséquilibres qui la sous-tendent. Mieux vaut consulter un ostéopathe rapidement. En effet, avec le temps, il devient plus difficile de redonner à l’enfant une bonne symétrie crânienne.

Troubles digestifs du bébé

Les troubles digestifs sont des pathologies fréquentes chez le nourrisson. Les plus courants sont les difficultés de succion, le reflux gastro-oesophagien (régurgitations), et les troubles du transit (colique, diarrhée, constipation)

Les difficultés à prendre le sein ou le biberon peuvent avoir des conséquences sur la prise de poids du bébé, ou sur le bien-être de la mère, qui peut ressentir des douleurs pendant l’allaitement. La succion est un réflexe naturel, qui implique un certain nombre de nerfs crâniens responsables de la mobilité de la langue, des lèvres, du palais et de la mâchoire. Une déviation du menton pendant l’accouchement, ou encore une intubation après la naissance, peuvent endommager ces structures. En ostéopathie, des manipulations douces au niveau du crâne et de la mâchoire peuvent corriger efficacement les difficultés de succion, dans le respect du corps du bébé.

Dans les premiers mois de la vie, le transit intestinal est un autre processus souvent altérée. Trop lent ou trop rapide, il s’accompagne parfois de douleurs : les coliques du nourrisson. Celles-ci apparaissent dès les premières semaines, et se manifestent par des pleurs intenses, des gaz et des ballonnements. Pour lutter contre les troubles du transit, l’ostéopathe identifie et relâche les régions viscérales tendues du bébé. L’objectif est de libérer les tensions au niveau des intestins, pour leur rendre une mobilité optimale.

Enfin, les régurgitations, vomissements et autres reflux sont des motifs fréquents de consultation en ostéopathie pédiatrique. Ces troubles digestifs s’expliquent souvent par une défaillance du muscle qui assure la jonction entre l’oesophage et l’estomac. Aussi, l’estomac du nourrisson a une capacité faible ; les trop-pleins sont fréquents, ce qui favorise les régurgitations. Une tension au niveau des nerfs du crâne peut également être en cause. Face à un reflux gastro-oesophagien, l’ostéopathe analyse d’abord la mobilité des différentes structures impliquées (thorax, abdomen, bassin et crâne). Ensuite, des manipulations adaptées vont permettre de libérer les tensions, notamment au niveau de l’arrière-crâne et du diaphragme.

Agitation et troubles du sommeil de l’enfant

Les troubles du sommeil chez le nourrisson sont fréquents. Ils se manifestent par un endormissement tardif, des réveils intempestifs, ou la difficulté à se calmer sans une distraction (doudou, musique…).

Parfois, les problèmes de sommeil sont une conséquence d’autres troubles (digestifs, ORL), qui entraînent des inconforts et empêchent de dormir. Des facteurs psychosomatiques ou émotionnels sont souvent en cause.

L’ostéopathie permet d’identifier les causes les plus probables des troubles du sommeil. Parfois, un blocage, une mauvaise posture, ou l’alimentation, sont responsables. En vous posant des questions sur les autres troubles de votre enfant, l’ostéopathe s’informe pour ensuite agir en douceur sur toutes les structures impliquées dans la physiologie du sommeil.

Autre troubles chez le bébé

Plusieurs autres troubles peuvent être traités en ostéopathie pédiatrique, parfois en complément d’autres approches thérapeutiques. Notamment :

  • Les infections ORL à répétition (otites, bronchites, rhinopharyngites…)
  • Les déséquilibres du pied (en complément des soins chez un kinésithérapeute)
  • Une asymétrie des hanches
  • Les pleurs incessants
  • Les difficultés à tenir sa tête

Le pédiatre est le mieux placé pour vous orienter vers l’ostéopathie en fonction de son diagnostic.

Comment se déroule une séance d’ostéopathie pour un nouveau-né ?

La consultation ostéopathique avec un nourrisson suit le même déroulement qu’avec un adulte. C’est le type de manipulation qui diffère.

Au début de la prise en charge, l’ostéopathe procède à l’anamnèse : il vous pose des questions sur le déroulement de la grossesse, de l’accouchement ou de la césarienne, et sur les antécédents médicaux de la mère. Ces informations viennent éclairer le motif de consultation, et peuvent déjà orienter le diagnostic.

Ensuite, vient le moment du bilan ostéopathique : l’ostéopathe observe et palpe doucement votre enfant, pour examiner ses structures corporelles. Cet examen lui permet de poser un diagnostic, puis de vous proposer un traitement.

Le traitement peut alors commencer, sur une ou plusieurs séances. Les techniques ostéopathiques employées sur les nouveaux-nés sont très douces : pas de “cracking” ou de pression fortes, seulement des mouvements lents et des manipulations douces, très ciblées.

Chaque séance s’accompagne de recommandations personnalisées, pour prolonger chez vous le travail fait en séance.

L’ostéopathie pédiatrique : informations pratiques

Si votre bébé ne présente pas de souci particulier, vous pouvez quand même réaliser un bilan ostéopathique à la fin du premier mois. En effet, certains troubles fonctionnels peuvent passer inaperçus. Or, plus ils sont détectés et pris en charge tôt, plus les chances de limiter les complications sont grandes.

Si la naissance a été compliquée, si votre bébé présente des troubles ORL ou digestifs, ou s’il a subi un traumatisme, vous pouvez consulter un ostéopathe spécialisé en pédiatrie dès les premières semaines voire les premiers jours de la vie.

Avant de prendre rendez-vous avec un ostéopathe pour votre bébé, vérifiez qu’il a bien été formé à l’ostéopathie pédiatrique et périnatale. En effet, cette formation n’est pas obligatoire dans le cursus des ostéopathes ! Nous vous conseillons de choisir un ostéopathe spécialisé, ayant de l’expérience auprès des nouveaux-nés. Ceux-ci ont une physiologie et des besoins bien différents des adultes, et doivent donc être traités en conséquence.

L’ostéopathie est considérée comme une médecine complémentaire. Elle n’est donc pas remboursée par la Sécurité Sociale. Toutefois, certaines mutuelles prennent en charge les séances, partiellement ou intégralement.

Contre-indications des séances d’ostéopathie chez le nouveau-né

L’ostéopathie est contre-indiquée en première intention si les symptômes suivants se présentent :

  • Fièvre
  • Vomissements
  • Perte de connaissance
  • Difficultés respiratoires
  • Coloration bleue du visage
  • Retard de croissance ou de perte de poids

Ces manifestations doivent vous faire contacter votre pédiatre, et dans certains cas les urgences.

Cette page vous a plu ?
Afin de nous aider à vous proposer toujours plus de contenus pertinents, n'hésitez pas à noter cette page
1 Étoile2 Étoiles3 Étoiles4 Étoiles5 Étoiles
20 votes
Moyenne : 4,40 sur 5
Loading...

Commentaire

navigate to top

COMMENCEZ À TAPER ET APPUYEZ SUR LA TOUCHE ENTRÉE POUR LANCER LA RECHERCHE